La Zero FX : le tout-terrain abordable de Zero Motorcycles

La Zero FX de Zero Motorcycles est leur interprétation du tout-terrain électrique polyvalent. Du travail bien fait.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

Zero fx Zero Motorcycles

La Zero FX fait partie des plusieurs dizaines de motos électriques puissantes disponibles aujourd’hui sur le marché.

Et nous allons le voir tout de suite, elle tire très bien son épingle du jeu.

Note : vous pouvez ouvrir en parallèle la page de vente du modèle, si ça vous intéresse.

Les performances de la Zero FX sont parfaitement calibrées

  • Puissance moteur : 15 kW en continu, 33 kW en pic (permis A2)
  • Couple moteur : 106 Nm
  • Vitesse maximale : 137 km/h
  • Temps de passage de 0 à 100 km/h : Non communiqué
  • Capacité batterie : 7,2 kWh
  • Temps de recharge : 588 minutes (0-95%)
  • Autonomie : 146 km en ville, 90 km sur nationale, 63 km sur autoroute
  • Poids : 131 kg
  • Empattement : 1438 mm
  • Angle de chasse : 25,4°

La Zero FX est une moto tout-terrain à tout faire.

Elle n’a aucune envie de se spécialiser dans une discipline en particulier (contrairement aux modèles de l’italien Tacita). D’après les mots de Zero Motorcycles, elle est pensée pour nos « pistes ou raccourcis favoris comme pour bondir au feu vert ». 

Autrement dit, la Zero FX est encore plus tout-terrain que le tout-terrain, puisqu’elle est à fois conçue pour la ville et les pistes non goudronnées. Ne la confondez pas avec la FXS, qui ressemble plus à la Zero S.

Toutes ses caractéristiques techniques tirent effectivement dans cette direction de la polyvalence, ce qui est très cohérent.

D’abord, le moteur délivre une puissance de 33 kW (15 kW d’après Zero Motorcycles mais en réalité, la vraie puissance nominale est de 33 kW).

C’est largement assez pour survivre dans toutes les conditions. Cette puissance est aussi pertinente à la montagne pour franchir un obstacle, que lors d’un dépassement sur un périphérique, ou quand le feu passe au vert dans la jungle urbaine.

Même constat pour la géométrie.

Elle matérialise un savant compromis entre un angle de chasse assez long pour ne pas tomber à chaque gros caillou, et un empattement assez court pour ne pas souffrir d’une mauvaise maniabilité en ville.

C’est d’ailleurs sur la géométrie que la Zero FX se démarque de la concurrence.

En effet, les autres motos tout-terrain affichent généralement un angle de chasse plus généreux de 1° en moyenne, et un empattement plus long de quelques dizaines de millimètres.

Impossible donc de s’y tromper, la Zero FX se veut donc pertinente dans tous les moments de la vie des motards qui aiment sortir des sentiers battus.

En revanche, elle connait ses limites.

Elle ne cherche donc pas à être la meilleure sur les longs trajets. On peut voir deux preuves à ce renoncement : l’empattement trop court et l’autonomie trop faible.

Et pour cause, pour espérer une meilleure stabilité sur les longs trajets, l’empattement doit au moins dépasser les 1500 mm. Ce n’est évidemment pas le cas de la FX.

De même, on doit pouvoir compter sur une autonomie d’au moins quelques centaines de kilomètres sur nationale. La Zero FX n’en garantit que 90.

Autant dire qu’ils ont fait une croix sur les longues lignes droites.

Mais justement, c’est parfaitement pertinent. Car en acceptant de profiter d’une autonomie moindre, ils réduisent la taille de la batterie et allègent donc la moto, la rendant d’autant plus maniable tant en ville qu’en montagne.

Et même si l’autonomie reste faible dans ces conditions, elle est suffisante pour partir en virée, puisque l’objectif n’est pas de faire de la randonnée ou du moto-rallye. 

Un design brut pas bête du tout

Le design de la Zero FX est très brutaliste.

Elle est parcourue de lignes droites et cassantes, aucune rondeur n’est visible et le noir est sa seule couleur.

Pour muscler l’esthétique encore plus, Zero Motorcycles est même allé jusqu’à laisser la batterie apparente. Vraiment très apparente. Et sans aucun effort sur sa carcasse pour la rendre belle.

C’est seulement un monolithe noir, au milieu d’une moto.

Tout cet ensemble dénote beaucoup de ce qu’on voit traditionnellement sur les motos tout-terrain (et de ce à quoi le constructeur nous a habitué avec la Zero SR/F par exemple).

En effet, les autres motos de cette catégorie ont tendance à être moins agressives et plus colorées. Ce qui rend la Zero FX quelque peu futuriste.

Elle donne une idée de la moto tout-terrain de demain. Ça pourrait ne pas fonctionner, mais il me semble que le futurisme est dosé parcimonieusement.

L’équilibre est très fin, mais à la fin, c’est plutôt cohérent pour une moto électrique.

L’usage de la Zero FX est tout-terrain polyvalente

Nous en avons beaucoup parlé dans la partie sur les performances de la Zero FX : elle est pensée pour la polyvalence. Et elle le fait très bien, sans être non plus lumineuse nulle part.

Elle s’adresse donc uniquement à ceux qui souhaitent utiliser la même moto la semaine et le week-end, entre travail et sorties off-road.

Pour les autres qui roulent soit exclusivement en ville (allez plutôt voir du côté de la Zero SR pour ça), soit majoritairement en off-road, elle risque d’être très frustrante par sa non-spécialisation.

Un prix imbattable

C’est dans son prix que la Zero FX révèle tout son génie.

Elle coûte 13 260 €. Pour une moto de 33 kW tout-terrain, c’est vraiment très proche de ce qu’on trouve dans la concurrence thermique. Et largement en dessous de ce qu’on trouve dans la concurrence électrique.

On pourra alors se plaindre de son autonomie tant qu’on le voudra, mais pour le prix d’une KTM pétaradante, elle permet de rouler en forêt sans déranger ni les écureuils, ni les chevreuils.

C’est très impressionnant.

Son empreinte environnementale est dans la moyenne, et c’est décevant

  • Technologie du moteur : Brushless
  • Technologie de la batterie : Lithium-ion

Malheureusement, il y a un point sur lequel la Zero FX n’est pas impressionnante, c’est l’impact environnemental.

Mais d’abord, entendons-nous bien : par sa propulsion électrique, elle reste beaucoup plus respectueuse de l’environnement que sers homologues thermiques.

Mais elle n’est pas exemplaire.

Et au même titre que pour toutes les motos électriques de Zero Motorcycles, c’est très décevant. Car de la part du leader et pionnier des motos électriques, on pourrait s’attendre à un peu plus d’efforts dans ce domaine

Elle ne répond donc à aucun des enjeux environnementaux auxquels les motos électriques devraient répondre, en dehors des émissions de CO2.

En effet, lorsqu’on condamne le pétrole au nom d’un extractivisme irraisonné et stupide qui abime l’environnement et les populations, on ne reproduit pas les mêmes schémas

Pourtant, Zero Motorcycles le fait.

Leurs batteries sont des lithium-ion, composées très certainement de cobalt et de nickel alors même que ces minerais sont en tension (au même titre que le pétrole qu’ils remplacent).

Et leurs moteurs sont des moteurs brushless, tapissés d’aimants permanents en terres rares, elles aussi victimes d’excavations déraisonnables.

En résumé, la Zero FX est une très bonne moto électrique

Si la Zero FX ne se démarque pas par son exemplarité environnementale, elle reste néanmoins une alternative très sérieuse aux motos thermiques tout-terrain.

Et c’est une très belle prouesse, car elle ne se contente pas d’être électrique pour convaincre. 

Elle préfère être indiscutable tant au niveau de la performance, que du design et du prix. Si vous cherchez de la polyvalence, allez tout de même voir du côté de la Zero DSR pour vous faire un avis.

Donnez votre avis en un clic