La Zero DSR : le tout-terrain électrique au meilleur rapport performance/prix

La Zero DSR de Zero Motorcycles n’a pas de temps à perdre : elle veut tout faire.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

Zero DSR Zero Motorcycles

Cette fiche sur la Zero DSR est le fruit d’un long travail d’analyse de toutes les motos électriques de plus de 11 kW disponibles sur le marché.

Je les ai toutes étudiées pour en faire un classement que vous pouvez trouver ici.

La Zero DSR n’a donc pas fait exception. Je me suis rendu sur la page de vente du modèle, et je l’ai passée au scanner.

Et voilà ce que j’ai vu.

Les performances de la Zero DSR pour mettre tout le monde d’accord

  • Puissance moteur : 22 kW en continu, 52 kW en pic (permis A2)
  • Couple moteur : 146 Nm
  • Vitesse maximale : 163 km/h
  • Temps de passage de 0 à 100 km/h : 3,9 secondes
  • Capacité batterie : 14,4 kWh
  • Temps de recharge :  588 minutes (soit un peu plus de 9h) pour charger de 0 à 95%
  • Autonomie : 262 km en ville, 158 km sur nationale, 126 km sur autoroute
  • Poids : 190 kg
  • Empattement : 1427 mm
  • Angle de chasse : 26,5°

Le « DS » de « DSR » signifie Dual Sport. Je n’ai en revanche aucune idée de ce que signifie le « R » final.

Mais peu importe, car le nom de la Zero DSR donne le ton : c’est une moto tout-terrain, ou off-road selon notre appétence pour les termes anglais.

Et c’est une moto très (vraiment très) sérieuse.

Dans sa catégorie (car les motos tout-terrain sont divisées en de nombreuses catégories), elle écrase toute la concurrence. Littéralement, et elle emploie même des méthodes à la limite du légal.

Par exemple : selon Zero Motorcycles, la Zero DSR est accessible aux permis A2.

Leur argument est clair comme de l’eau de roche.

Car selon eux, s’ils se basent sur la norme qui permet de calculer la puissance d’un moteur thermique, leur moteur ne produit que 22 kW. C’est inférieur aux 35 kW réglementaires. Les titulaires du permis A2 peuvent donc rouler dessus.

C’est pour cette raison qu’ils décrivent cette puissance comme la « puissance continue » dans les caractéristiques techniques.

Très clair jusqu’ici.

Mais si on regarde juste au-dessus, on observe une autre puissance : la « puissance maximale », qui est de 52 kW. Bien au-delà des 35 kW règlementaires.

Vu d’ici, on pourrait se dire que cette puissance est la puissance maximale théoriquement accessible en suralimentant le moteur. Car c’est possible.

Mais pas du tout !

En réalité, c’est la puissance maximale nominale du moteur.

C’est-à-dire que quand on l’alimente dans des conditions nominales, la puissance maximale qu’il peut atteindre est de 52 kW. Et c’est d’ailleurs cette puissance que tous les autres constructeurs de motos électriques donnent, car c’est le plus logique.

Mais Zero Motorcycles est malin.

Et ils exploitent une faille réglementaire qui leur permet d’être parfaitement intouchable par la concurrence. Impossible de savoir combien de temps ils passeront entre les mailles du filet, mais d’ici là, les autres motos tout-terrain accessibles au permis A2 ne font pas le poids. 

On comprend alors aisément la vitesse de pointe de 163 km/h, qui est proprement hallucinante pour une moto équivalente 250.

Sans parler du passage de 0 à 100 en 3,9 secondes et du couple de 146 Nm. Elle tire sur les bras à chaque accélération, et aucune équivalente ne lui arrive à l’épaule.

Mais Zero Motorcycles ne s’est pas contenté de jouer avec la règle pour produire une bonne moto.

C’est dans la géométrie de la DSR qu’on voit que Zero Motorcycles a du métier : son empattement est relativement court par rapport à ses équivalentes électriques (1427 mm contre 1490 mm pour la T-Race Rally), ce qui lui permet d’augmenter sa maniabilité en terrains accidentés. 

Et son angle de chasse est parfaitement dans la norme (26,50°), ce qui lui offre une stabilité bien nécessaire face aux obstacles qu’elle risque de rencontrer tout le long de sa vie.

Autrement dit, sa géométrie est le parfait compromis entre maniabilité et stabilité, ce qui est un beau coup de maître pour une moto tout-terrain.

Enfin, l’autonomie de la DSR lui permet de garantir des sorties sans trop d’inquiétude de panne sèche.

En effet, elle assure 262 km en ville et 158 km sur nationales. Ça laisse largement de quoi sortir des routes goudronnées pour se perdre dans les chemins boisés.

Très bien joué donc.

En somme, les performances de la DSR la placent comme la moto off-road de référence. Seul le temps de recharge laisse à désirer, mais il est relativisé par le besoin faible de charges rapides, compte tenu de son incapacité à partir en longues virées.

Un design légèrement plat

C’est à mes yeux son seul point faible.

Le design de la Zero DSR est une sorte d’hybride entre les motos tout-terrain et les roadsters. Une sorte de mélange entre la Zero SR/F et la Zero FX/S.

Ce n’est pas parfaitement bête, quand on sait qu’on peut l’utiliser en ville, mais il me semble que quand on veut produire une moto off-road, on l’équipe avec une esthétique adaptée.

Ce n’est pas son cas. 

On voit d’ailleurs assez bien le bloc batterie.

Elle ne se cache donc pas d’être propulsée à l’électricité, mais il me semble que dans un contexte tout-terrain, le but est de se fondre dans la masse. Et non de se faire remarquer.

C’est pourtant ce qu’elle fait, avec son esthétique inhabituelle et sa batterie apparente.

La Zero DSR est un tout-terrain des villes, pas bête du tout

L’usage auquel la DSR répond me semble assez malin.

Avec sa conception de trail et son esthétique de presque roadster, elle honore parfaitement le terme « Dual » de son nom.

Elle est en effet duale, puisqu’elle est pensée pour sortir des routes en bitume, mais sa géométrie et son design la rendront aussi assez pertinente en ville.

C’est malin, car quand on achète une moto qui vaut son pesant d’or (on le verra juste après), on a bien envie d’un peu de polyvalence. Je ne suis pas le plus grand fan de la polyvalence, mais ça me paraît assez nécessaire sur une moto off-road.

Elle est chère, mais ce n’est pas effarant

La Zero DSR se vend à 17 840 €. Soit 7 000 € de plus (à la louche) que ce qu’on trouve en équivalent chez KTM.

Elle est donc presque 50% plus chère que la concurrence thermique. Mais aussi bête que ça puisse paraître, la concurrence thermique ne peut pas se targuer de ne pas polluer les zones sur lesquelles elle roule.

La DSR le peut. Et ça vaut peut-être les 7 000 € de plus.

Concernant les motos électriques comparables, la Zero DSR se vend à peu près au même prix (sauf la Zero DSR/BF, qui est bien plus chère). Mais elle propose des performances autrement meilleures.

Donc son rapport qualité prix est imbattable.

L’empreinte environnementale de la Zero DSR est (sans surprise) médiocre

  • Technologie du moteur : Brushless
  • Technologie de la batterie : Lithium-ion

Zero Motorcycles fait partie des pionniers des motos électriques.

Son modèle phare, la Zero S, est la moto électrique la plus vendue au monde. La Zero SR/F est un roadster référence.

On pourrait donc penser qu’ils sont très investis dans la cause environnementale.

La réalité est toute autre, puisqu’ils ne sont ni plus ni moins investis que les autres. Ils se contentent du strict minimum.

Dès lors, comme tous les autres, ils installent un moteur brushless à aimants permanents en terres rares (catastrophe écologique) et une batterie lithium-ion dont on ignore la chimie (mais qui contient très probablement du nickel et du cobalt, minerais en tension).

J’attends mieux de la locomotive du marché.

Mais je me rassure en me disant qu’en faisant ça, ils laissent une porte ouverte. Je leur souhaite de ne pas regretter.

Un courant d’air peut vite nous enrhumer.

En résumé : la Zero DSR veut tout rafler 

Malgré la mauvaise note en termes d’impact environnemental, la Zero DSR est parfaitement impressionnante.

Si vous voulez une moto tout-terrain électrique, vous pouvez la choisir, vous ne serez pas déçus !

2 commentaires

    • Julien Vaïssette

      Je pense oui, que ça doit le faire. Du moins tant que la batterie est pleine, car avec la perte de %, la batterie des Zero injecte moins de puissance. À voir donc !

Donnez votre avis en un clic