L’avis des propriétaires : la Zero S, de Zero Motorcycles

Je vous présente Jérémie, Mathieu, Kévin, Pierre, Yannick, Armand et Romain. Ils sont tous propriétaires d’une Zero S, et ils partagent avec vous leur avis et leur expérience.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique ・ Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

dessin zero s zero motorcycles jean charles barbe

Je déteste les articles de magazine qui consistent à essayer un modèle de moto quelques heures sur un circuit.

Ces « tests » ne font souvent que survoler les questions que les motards se posent, puisqu’ils n’ont que très peu utilisé la moto. Et ils ne nous aident donc pas vraiment à choisir le modèle idéal.

C’est pourquoi, dans l’article où j‘analyse la Zero S, je n’évoque en aucun cas l’expérience de conduite et d’utilisation de la moto. Ça paraît pourtant logique : je n’utilise pas ce modèle au quotidien.

Mais les propriétaires du modèle, si.

Ce sont eux qui peuvent fournir un avis pertinent sur l’expérience de la Zero S. Et les mieux placés pour répondre aux questions que tout le monde se pose avant d’acheter.

J’ai alors sorti ma plus belle plume, et j’ai contacté des propriétaires de cette moto.

Première conclusion : les « motards électriques » sont aussi accueillants que les « motards thermiques ». En effet, tous ceux avec qui j’ai pu parler sont très accessibles et ont été très coopératifs.

Ce que je voulais savoir sur la Zero S de Zero Motorcycle

Avant tout, je les en remercie mille fois.

Leurs témoignages seront autant une aide pour ceux qui cherchent à acheter une moto électrique que pour moi (qui cherche à en concevoir une).

Je leur ai donc posé 7 questions qui me semblaient primordiales. Vous en jugerez par vous-même.

  • Que pensez-vous du confort de conduite ?
  • Dans quelles conditions vous servez-vous de votre moto ?
  • Quelle est son autonomie ?
  • Dans quelles conditions se comporte-t-elle le mieux ?
  • Quel est le temps de recharge, et quelle est son évolution avec le temps ?
  • Avez-vous astuces pour améliorer l’expérience ?
  • Y a-t-il des vices cachés ?

Si vous roulez sur une Zero S, et que vous avez envie d’ajouter votre témoignage, je vous invite à commenter directement sous cet article. Votre avis est le bienvenue.

De même si vous pensez qu’il manque une question essentielle à la liste au-dessus. Faites-le moi savoir.

Autre chose avant de commencer : si vous brulez d’en savoir plus sur les motos électriques, j’envoie quotidiennement un e-mail à ce sujet.

L’idée est simple : tout savoir sur la moto électrique, en moins de 3 minutes par jour.

Vous pouvez vous inscrire en laissant votre e-mail en dessous.


Trève de bavardages.

Sans plus attendre, je vous invite à découvrir l’avis et les habitudes de ces conducteurs de Zero S au fil de leurs témoignages.

Le confort de conduite : qu’est-ce que la Zero S a-t-elle a offrir ?

L’absence de boîte de vitesse = le bonheur en ville

La quasi-totalité des motards que j’ai interrogé s’accordent sur un point : l’absence de boite de vitesse apporte un réel confort de conduite.

Je me suis fait illico à la conduite coulée, sans embrayage ni sélecteur de vitesse, c’est très facile. J’ai également une auto à boite automatique, alors ça peut aider.

Jérémie, propriétaire d’une Zero S 14.4 depuis fin 2018

Le gros point positif en confort de conduite de l’électrique, c’est qu’il n’y a pas de vitesses.

Donc pas d’à-coup lors d’un changement de rapport, ce qui est un véritable plaisir lorsqu’on se retrouve coincé dans la circulation, aucun besoin de jouer avec la poignée d’embrayage. D’autant plus que la Zero S possède une courroie, ce qui réduit de façon significative les vibrations.

Romain, roule sur une Zero S 14.4 depuis mi-2019

Un vrai jouet qui procure une sensation de tapis volant.

Pas de boite de vitesse, du couple tout le temps, une courroie qui remplace une chaine, etc… Bref, tous les inconvénients d’une moto sont pour moi gommés, pour laisser place au plaisir de conduite.

Pierre, possède sa Zero S depuis 2016

Une configuration qui s’adapte visiblement bien aux contraintes de la conduite en ville. De même si vous empruntez le périphérique pour aller au travail.

Le gros avantage en région parisienne, est le fait de ne pas avoir de boite de vitesse.

Le couple instantané est un véritable bonheur, que je sois sur nationale, autoroute, ou en interfile. On ne se pose aucune question et on est donc exclusivement concentré sur les véhicules autours de nous.

Kévin, propriétaire d’une Zero S 14.4

Un confort limité pour les longs trajets

La moto n’est pas vraiment faite pour les longs trajets, et ça se fait ressentir. Il semblerait que cela dépende surtout de votre gabarit.

Pour ce qui est du confort de ma belle, j’avoue qu’elle est un peu raide pour mes vieilles vertèbres. Mais mes trajets journaliers étant assez courts, ça reste supportable.

Armand, qui s’amuse tout de même à fumer un Tmax au démarrage

Après 45 min de trajet, je sens un poids certain sur mes poignets ainsi qu’une douleur dans le dos. Certains recommandent de changer la hauteur guidon. Peut-être que j’y penserai un jour, mais pour mes 30 minutes de trajet quotidien, je ne changerai rien.

Romain

Faisant 1m80, j’ai une fausse impression d’être trop grand pour la moto : le guidon est assez bas et oblige à réellement baisser la tête pour vérifier sa vitesse.

Kévin

La position roadster me convient bien pour mes 1m78. Je suis cependant peut-être un peu grand pour la hauteur de la moto.

Pierre

Enfin, de tous les avis que j’ai pu lire, un point revient assez fréquemment : la raideur de la selle.

La selle est pour moi très enveloppante. Par contre sur les longs trajets avec les modèles de grande autonomie, certains utilisateurs paraissent souffrir malgré tout.

Matthieu, propriétaire d’une Zero S

Concernant l’assise, assez dure les premiers kilomètres. Mais une fois habitué, plus aucune douleur. À nuancer avec le fait que je ne suis jamais resté plus de 1h30 dessus.

Kévin

La selle est assez fine et manque un peu de rembourrage. Les amortisseurs sont raides aussi et on ressent bien les inégalités de la route.

Armand, conducteur d’une Zero S 7.2 kWh

Pour conclure sur le confort de conduite, voilà un avis qui devrait vous diviser.

Un autre point que j’ajouterais sur le confort de conduite, c’est son silence.

En balade, il est appréciable d’écouter la nature ou son environnement. J’ai même été surpris d’avoir une conversation claire avec mon passager.

Romain

À relativiser tout de même.

Cependant, ce silence n’est valable que pour les basses vitesses… Sur autoroute, le vent ira à votre encontre et vous n’entendrez plus que ça.

Romain, encore (mais vous l’aviez compris)

L’utilisation de la Zero S au quotidien

Maison-boulot, le trajet roi

Bon, pour être honnête, je n’ai pas été surpris. En lisant les caractéristiques de la moto, on comprend assez vite pourquoi la moto a été conçue.

La Zero S est une moto de tous les jours, pour partir au travail le matin et en revenir sans avoir à passer à la station essence.

Je m’en sers pour le trajet maison-travail, et certaines fois le weekend avec ma compagne. Je fais grosso modo 30 km par jour de périphérique parisien et de ville.

Et ça, c’est tous les jours, qu’il pleuve ou qu’il vente. Il faut vraiment qu’il y ait du verglas ou une neige glissante pour que je la laisse sous sa bâche.

Jérémie, qui n’est pas un grand fan de roadsters japonais

Je fais 50 km aller-retour pour aller travailler avec la Zéro, pour éviter les bouchons certains jours de la semaine seulement. J’adore toujours autant la conduire, et j’ai aujourd’hui 6 000 km au compteur !

Yannick, habitant de la belle Haute-Savoie

Je me sers de ma moto pour les trajets maison/boulot (20 km) à raison de 4 fois par jour. Un tiers de rocade, un tiers de voie rapide à 110 km/h, un tiers de centre-ville.

Toute l’année, peu importe le temps. C’est donc une utilisation très urbaine et périurbaine.

Pierre, qui compte 59 000 km

Visiblement, les aléas climatiques ne change (quasiment) pas les habitudes des utilisateurs. À condition de prendre quelques précautions.

Je roule quotidiennement avec, alors je dois parfois faire face à diverses météos : beau temps, chaud, froid, pluie, vent, etc… Et dans toutes ces conditions, je n’ai jamais vraiment eu de souci.

La seule condition est de bien choisir son mode de conduite entre Custom, Sport ou Éco, sous peine de se faire surprendre par le couple et les pneus Pirelli un peu capricieux sous la pluie.

Romain

La recharge de la batterie devient une habitude

Dans cette configuration, recharger la batterie devient un réflexe qui s’intègre facilement dans notre quotidien. D’autant plus que Zero Motorcycles a tout fait pour rendre le chargement le moins pénible possible.

Je recharge la moto sur une prise domestique au travail et repars tous les jours à 100%. Et en cas de besoin je la recharge également chez moi en prise domestique.

Kévin, qui a traversé 17 000 km sur sa machine depuis début 2019

Les Zero possèdent une simple prise électrique du même type qu’un appareil à raclette ou d’un PC. Ce qui veut donc dire qu’elle peut se brancher sur n’importe quelle prise domestique.

Je branche ma moto comme je branche mon smartphone sur la table de nuit avant de me coucher. C’est exactement le même réflexe. Et il s’apprend très vite !

À mon domicile comme sur mon lieu de travail, je peux la brancher sans souci, et elle se charge lorsque je ne l’utilise pas. C’est devenu un confort.

Romain

Ma Zéro est une 7.2 KW. J’ai choisi cette config car elle correspondait au mieux à mon besoin.

Je fais tous les jours 70 km sur une seule charge que je fais au boulot. J’ai 35 km de trajet pour me rendre au travail et autant pour en revenir, donc je roule gratis.

Armand, qui comptabilise 22 000 km

Même si la Zero S est conçue pour la ville, ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas partir en balade avec. La preuve :

Les week-ends, c’est balade en direction de la plage (180 km) ou sortie avec d’autre motards en thermique pour un roulage dynamique. Entre 130 et 170 km suivant la saison et le parcours !

Pierre

J’habite en front de mer en Normandie. J’ai donc pu la tester dans diverses conditions : routes, chemins à faible allure, sous la pluie, sous le vent, et dans des températures sous les 5°C. Et évidemment, sous le soleil !

Matthieu, Normand émérite

Les conditions pour lesquelles la Zero S excelle

Rien de bien différent d’un modèle thermique ici. La moto a été conçue pour la ville, elle excelle donc dans la ville. Voilà.

Pour ses 142 kg (version petite autonomie), ses 44 ch et ses 106 Nm de couple, elle a une maniabilité exceptionnelle.

Matthieu, 5000 km au compteur de sa Zero S

Mais une telle vivacité apporte des défauts. C’était trop beau pour être vrai.

Cela va malheureusement se payer cher sur les fortes accélérations si la route ne s’y prête pas : bandes blanches, pluie, terre, boue, etc…

Et puisque la moto étant légère, la roue arrière peut facilement glisser si on ne gère pas bien la finesse du mouvement du poignet droit.

Matthieu

Sinon, on peut aussi le voir comme Pierre. Mais du coup, on ne sort pas beaucoup sa moto.

Les jours de température moyenne sur des trajets type balades bucolique 50km/h sans circulation dense.

Pierre, qui est aussi le créateur d’un excellent groupe Facebook qui rassemble les « motards électriques ».

L’autonomie de la Zero S et de sa batterie

Vous l’avez sûrement deviné : l’autonomie d’une moto électrique est relative. Elle dépend énormément de l’utilisation que vous en avez, et de la raison pour laquelle vous l’avez achetée.

Alors gardez en tête que les avis suivants sont largement liés à la partie précédente.

J’utilise cette moto pour les balades de moins d’1h30-2h00, ou pour mes trajets maison-travail ne dépassant pas 65 km, donc l’autonomie est pour moi suffisante !

Si je m’amuse un peu, l’autonomie baisse de manière assez forte autour des 75 km, ce qui reste pour moi toujours largement suffisant. Si je me modère et que je roule sur des petites routes en mode éco, elle peut facilement monter à 110 km d’autonomie.

Matthieu, et ça dure depuis début 2019

Mon trajet moyen est donc de 80km pour le travail. J’arrive donc le soir à la maison avec 55% de batterie.

Mais cela varie en fonction des températures (10% de moins) et de la circulation. Dans tous les cas, je roule en mode Sport, sauf les jours de pluie.

Pierre

J’utilise 30% d’autonomie pour le trajet boulot-maison, et 40% pour l’autre sens (ça monte à l’aller). Donc il me reste environ 30%, selon la puissance que j’y mets (et en général je la ménage pas).

J’estime faire 1 km par % de charge en moyenne.

Armand

Ce n’est pas tout : la manière dont vous roulez joue également beaucoup.

En fait, pour aller loin, il ne faut pas la brusquer. Lui laisser le temps de se lancer et ne pas rouler trop vite en vitesse stabilisée.

Armand

Si l’utilisation de votre moto n’est pas exactement celle recommandée, alors prendre une marge de sécurité n’est pas une mauvaise idée. Sait-on jamais.

Ne faisant presque que de la voie rapide (et cela étant le point noir de l’électrique) je n’ai jamais dépassé les 120 km. Je préfère me garder une marge de sécurité en cas de détours ou de problème.

Kévin, qui préfère prévenir que guérir (et il a bien raison)

Le temps de recharge de la Zero S, et son évolution avec l’usure

Un temps de charge non-contraignant

Pour tous, le réflexe est le même : de retour du travail, ils branchent la moto sur secteur. C’est tout.

Je la recharge généralement tous les 2 jours lorsqu’il me reste 60% à peu près de batterie. La charge pour récupérer ces 40% dure à peu près 4h, donc je n’ai pas besoin de la charge rapide.

Il m’est arrivé d’oublier de la débrancher le soir et du coup de la laisser en charge toute la nuit, mais je ne pense pas que ça abîme la batterie.

Jérémie, qui est aussi amoureux des looks néo-rétro

Lorsque j’utilise la moto pour mes 65 km de trajet pour aller et revenir du travail, je rentre avec 35% de batterie environ. Du coup, elle se recharge en environ 3h et demie en heures creuses la nuit.

En gros, on récupère 1 km d’autonomie en 3 minutes sur prise secteur (donc chez n’importe qui).

Matthieu

Et ça, c’est sans avoir l’option Power Tank, qui permet de réduire considérablement le temps de chargement. On est donc là sur des durées maximales, que vous pouvez réduire si vous avez besoin de recharger vite.

Une batterie qui tient les années et les kilomètres

Voilà une question importante. Est-ce que l’autonomie et le temps de chargement restent les mêmes au fur et à mesure que la batterie s’use ?

Une charge lente me prend 8h pour faire le « plein ». Celle-ci n’a pas évoluée, c’est toujours le même temps.

Mais je ne suis pas allé aux limites de la moto avec plusieurs charges dans une journée, qui sollicite du coup le chargeur (et le bride ou le bloque).

Pierre

En 8 mois et 17 000 km, aucune perte d’autonomie à signaler.

Kévin

Il m’est arrivé d’oublier de la débrancher le soir et du coup de la laisser en charge toute la nuit, mais je ne pense pas que ça abîme la batterie.

Pour le moment, et en 1 an d’utilisation, je ne vois pas de changement en termes de durée de charge ou d’autonomie.

Jérémie

À noter que le véritable avantage dans cette histoire, c’est que le plein ne coûte vraiment pas cher. Mais alors, vraiment pas.

Le coût d’une recharge à la maison en heure creuse sera d’environ 1€ pour 100km.

Matthieu

Les astuces des pilotes : comment améliorer l’expérience de la Zero S ?

Soyez vigilants : vous êtes plus silencieux qu’une légère brise d’été

Même si c’est un bonheur pour le conducteur, c’est un vrai danger pour les autres.

Je conseille fortement d’être encore plus vigilant, car maintenant les piétons, cyclistes et trottinettes ne nous entendent pas.

Jérémie

Adoptez une conduite défensive pour anticiper un maximum les dangers de la route. Installez aussi une sonnette pour vélo pour les zones piétonnes.

Pierre

Protégez-vous du froid en roulant

Même sur la batterie chauffe un peu, ce n’est pas vraiment comparable à un moteur thermique.

En période fraiche, je roule tout le temps avec un sous-pantalon et un jean.

Le moteur ne chauffant pas, les effets du froids sont démultipliés par rapport à une thermique.

Kévin

Faites un peu de bricolage sur votre moto

Enfin, deux ou trois petites astuces qui pourraient vous être utiles.

Puisqu’on ne nous entend pas arriver, je conseille aux futurs acheteurs de changer l’ampoule d’origine et de faire installer une LED (bien plus performante) ainsi que des feux additionnels.

Jérémie

Changez les pneus d’origine, montez une bulle pour augmenter l’autonomie, et gardez aussi une courroie d’avance chez soi (et apprenez à la changer).

Pierre

Dernière chose :

Je conseille également de surtout rouler en mode Eco lorsqu’il pleut ou que la chaussée est humide.

Jérémie

N’oubliez pas que la moto possède un couple monumental.

Ce qui se cache sous le carénage : les vices cachés de la Zero S

Une batterie qui pourrait encore être améliorée

Et on ne parle pas d’autonomie.

Plus la batterie se vide, et plus elle baisse en capacités d’accélération et de vitesse.

En dessous de 30% de batterie, cela devient perceptible. Mais en dessous de 10% de batterie cela devient vraiment critique.

Ensuite, la moto a beaucoup de mal à monter au-dessus des 110km/h. Au moins, la batterie souffre moins des fortes accélérations.

Matthieu

Un bridage électronique intervient sur l’accélération en fonction de son autonomie à hauteur de 60% et 30%. On ne le ressent qu’en cas de forte accélération.

Mais en période de grand froid, l’autonomie est diminuée d’environ 15%, problème inhérent à la batterie.

Kévin

Pour les journées les plus chaudes, le moteur atteint vite des températures qui peuvent brider la moto.

Mais celui-ci est refroidi passivement avec l’air ambiant : c’est donc prévisible, et cela réduit l’expérience rapidement.

Pierre

Mais de manière générale, le service client a l’air de bien répondre à l’appel. Je vous laisse également noter le jeu de mots.

Je n’ai eu qu’un seul souci, pris en charge par la garantie : le chargeur interne dans la moto qui était défectueux, car la moto ne voulait plus se charger.

Mais apparemment, c’était un défaut des modèles 2018.

Jérémie

L’entretien de la moto n’est pas à négliger

Passer à l’électrique réduit vos frais d’entretien, c’est indéniable. Mais ça ne veut pas dire qu’ils disparaissent pour autant.

J’ai remplacé le pneu avant à 15 000 km, et l’arrière à 19 000 km. Ma seule panne est dur à la casse de la courroie de transition à 20 000 km, alors qu’elle devait durer 40 000 km.

Ce n’était pas pris en garantie car c’est une pièce d’usure, je l’ai donc remplacée moi même en deux heures.

Armand

Quelques légers défauts de conception et de fabrication

Là, c’est vraiment pour être exhaustif.

Au chapitre des inconvénients, je mettrais son rayon de braquage un peu juste. Mais on s’y fait.

Il y a aussi la visibilité du tableau de bord : à part la vitesse et la jauge batterie, le reste et trop petit pour être lu facilement.

Armand

Lors des nettoyages sans jet à haute pression, juste au tuyau d’arrosage, j’ai rencontré quelques soucis d’isolation et d’étanchéité qui activent des codes erreurs.

Pierre

L’horloge avance aussi toute seule de quelques minutes chaque mois.

Jérémie

Avant de conclure : je sais qu’on l’a déjà dit, mais la sécurité c’est important.

Les pneus d’origine ne sont pas très efficaces. C’est surtout ce que je lis à droite et à gauche, mais je n’ai eu qu’une ou deux glissades.

Jérémie

Le plus gros problème reste encore que l’arrière peut décrocher sur route humide, ou même en mode Éco. Et puisque la moto n’a pas d’anti patinage, cela peut mener à des situations très dangereuses.

Kévin

La Zero S de Zero Motorcycles : le plaisir et les économies sont au rendez-vous

Il s’est produit quelque chose d’assez étonnant durant ces entretiens.

Lorsque j’en suis arrivé à la question des vices cachés, les réponses étaient souvent accompagnées d’une liste de retours positifs.

Voilà ce que cela traduit à mon avis : que la Zero S est un investissement qui en vaut la peine. Que ce soit d’un point de vue économique, ou juste pour le plaisir de conduire. D’ailleurs, c’est là-dessus que j’aimerais conclure cet article.

Le coût d’usage du véhicule est incroyablement faible si on le compare à un modèle thermique récent à puissance similaire : 1€ d’électricité pour 100 km parcourus, alors qu’un thermique ce sera autour de 10€ d’essence pour 100km parcourus.

Le coût de l’assurance est aussi incroyablement bas, en dessous de 20€ par mois pour un modèle électrique (pour ma part), alors qu’à titre comparatif, on est autour de 70€ par mois pour une MT09.

Pour moi qui roule autour de 5 000 km par an, cela représente 600€ de gain en assurance et 450€ de carburant. Sans prendre en compte les frais d’entretien du véhicule, j’arrive donc à plus de 1.000€ d’économies par année d’utilisation, pour 5.000km parcourus.

Matthieu

Le gros point positif, c’est la disponibilité du moteur.

Sur route sinueuse, il est toujours en prise et n’a jamais un temps de retard. Toujours sur le bon rapport et jamais de temps mort ou d’à-coup liés au passage de vitesse ou à l’embrayage.

Je lui trouve une souplesse, en même temps une nervosité mais aussi beaucoup de souffle. Vraiment, il faut l’essayer pour comprendre et se demander pourquoi il y a encore des motos à essence.

Armand

Si vous voulez recevoir les prochains avis que je publierai, n’oubliez pas de vous inscrire plus haut. Maintenant, je vous laisse la parole.

8 Comments

  1. Marc Dorval

    Je pondérerais un peu les retours en précisant que le ressenti dépend sans doute du vécu de l’utilisateur en tant que motard.
    La S va paraître quasi parfaite à quelqu’un qui a un permis 125, mais moins à un ‘vieux motard’ qui a plusieurs centaines de milliers de km à son actif.
    La vitesse de pointe par exemple ainsi que l’autonomie peuvent décevoir.
    Roulant en voiture électrique depuis 5 ans, j’ai tenté l’expérience de la moto électrique, dans un cas d’usage pour lequel elle n’est pas encore adaptée : l’enduro dans le gras et avec des gros dénivelés.
    Je reste avec ma thermique pour la route, et vais revenir à une thermique pour l’enduro.

    • Julien Vaïssette

      Salut Marc,

      Désolé pour le temps de réponse, je n’avais pas vu ton commentaire puisqu’il s’était niché dans les indésirables.
      Je suis d’accord avec toi, les motos électriques ne peuvent pas convenir à tout le monde, et l’impression qu’elles font sur les motards dépend largement de l’expérience qu’ils ont. C’est donc d’autant plus vrai avec la Zero S qui n’est au final « qu’une » équivalente 125, ce qui ne suffira certainement pas à l’habitué des gros cubes.
      Et effectivement l’enduro en électrique n’est pour l’instant pas très pertinent à cause de l’autonomie beaucoup trop faible. Ce qui est dommage car ça pourrait parfaitement s’accorder quand on sait que l’enduro est une sorte d’éloge de la nature, et tolère assez peu les émissions de gaz d’échappement.

  2. Martinez

    En ce qui me concerne, j’adore cette Zero S de 14,4Kwh qui m’a permis avec seulement un permis A1 (125) de pouvoir rouler avec un 2 roues de la performance d’une 700cm3 pour ressentir les extraordinaires sensations qu’apporte le couple de cette moto.
    En 2 ans et 9000km je n’ai eu à déplorer aucun problème.
    Ce que je reproche c’est son l’équipement d’origine qui me parait surannée au regard de sa technologie embarquée pas de feux ni de clignotants à leds mais de bonnes veilles ampoules.
    Une selle peu confortable et glissante avec un guidon procurant une position de conduite perfectible.
    De mon côté j’ai apporté pas mal d’améliorations à ce modèle afin de le rendre plus confortable, fun et d’actualité.

    • Julien

      Salut Gil,

      Merci pour ton commentaire ! C’est vrai que les points que tu viens d’évoquer semblent un peu paradoxaux avec l’aspect un peu révolutionnaire que peut avoir une moto électrique.
      J’imagine qu’ils ont fait ça pour contraindre le budget, qui était déjà assez élevé 🙂

      Julien

  3. Je suis d’accord sur la majorité des commentaires ci-dessus.
    J’utilise ma Zéro S que pour le plaisir, en bordure de mer car c’est un vrai bonheur (du côté de La Baule …). J’ai bientôt 6.000 kms en 16 mois d’utilisation (dont 2 hivers), et en suis extrêmement satisfait, autant sur l’autonomie (env 2 kms/1%) – recharge normale dans mon garage ou sur borne (charge tank) -, que sur la maniabilité, le confort de pilotage (pas de vitesse, une superbe accélération pour doubler en mode Custom).
    La selle un peu dure au bout de 2 heures de balade non stop.
    Que du bonheur, et plein de ✌ sur la route.

  4. Pascal Simonin

    Article très intéressant
    Je suis possesseur d’une zéro S 14.4 de 2019 et je me retrouve dans la plupart des commentaires
    110 km par jour pour les trajets domicile travail (autoroute pour l’essentiel) plus ballades le WE. Que du bonheur !
    J’ajoute que c’est ma première moto.
    Accessoires : protèges poignées Acerbis, top case, charge tank et c’est tout
    Cordialement

Merci d'avoir lu jusqu'ici ! Maintenant, c'est à vous de vous exprimer.