Newron EV1 : la moto électrique de luxe, à la française

La Newron EV-1 du constructeur français Newron est une moto électrique de luxe, et elle l’assume.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

Newron EV-1 Newron Motors moto électrique puissante

Pour me faire une idée sur la Newron EV1, j’ai analysé toutes les motos électriques puissantes disponibles sur le marché.

Je les ai ensuite notées selon 5 critères (performances, design, usage, prix et empreinte environnementale), et j’en ai fait un classement pour vous aider à y voir clair.

Ensuite, j’ai réalisé une sorte d’enquête par chacune de ces motos. Et vous voilà donc ici, sur cette fiche technique consacrée à la moto électrique luxueuse de la marque Newron.

Vous pouvez cliquer ici si vous souhaitez vous rendre sur leur site, avant de vous plonger dans cette analyse.

C’est bon ? Alors on y va.

De bonnes performances, sans crier au génie non plus

  • Puissance moteur : 75 kW (permis A)
  • Couple moteur : 240 Nm
  • Vitesse maximale : 220 km/h
  • Temps de passage de 0 à 100 km/h : 3 secondes
  • Capacité batterie : 16 kWh
  • Temps de recharge : 40 minutes
  • Autonomie : 300 km en ville, 220 km sur nationale
  • Poids : 220 kg
  • Empattement : 1600 mm
  • Angle de chasse : Non communiqué

Cocorico, un constructeur français qui fait des motos électriques !

On repassera pour le nom, mais quand même, c’est une excellente nouvelle non ?

Ça dépend pour qui.

Car la Newron EV1 (vraiment les gars, pas un microgramme de français là-dedans) n’est pas une moto pour tout le monde. C’est une moto de luxe, qui porte toutes les valeurs du luxe, et qui se veut l’héritière du savoir-faire français en termes de luxe.

On comprend dès lors le nom anglais, car cette moto n’est pas une seule seconde adressée à des français.

Elle cherche à séduire ceux qui peuvent se permettre de se l’offrir, et pour la grande majorité, ils sont en dehors de l’hexagone. J’imagine qu’après ces quelques mots, vous comprenez que je ne suis pas le plus grand amateur des motos de luxe.

Cela étant, je reconnais que si ces motos ont bien une utilité, c’est qu’elles concentrent de grands efforts à développer la technologie.

La Newron EV1 ne déroge pas à la règle grâce à son cadre qui relève du jamais vu, et à des performances plus que raisonnables. 

Car la EV-1 n’est pas un veau paresseux : sa vitesse maximale est de 220 km/h, elle affiche un joli temps de passage de 0 à 100 km/h de 3 secondes, une autonomie raisonnable de 300 km en ville et sa recharge dure 40 minutes.

Pour autant, aucune de ces caractéristiques n’est impressionnante.

La plupart des autres motos électriques qui affichent une puissance comparable proposent des performances égales, sinon meilleures

Si la Newron EV1 est une moto de luxe, on comprend aisément que ce n’est pas par ses performances qu’elle souhaite se démarquer (même s’ils clament sur leur site qu’elle peut nous amener plus loin que toutes les autres motos électriques du marché, « the EV-1 will take you further than any other electric motorcycle on the market today »).

Sa différenciation, c’est le design.

Parlons-en alors.

Note des performances par rapport aux autres motos électriques de luxe : 4,8/5.

Le design de la Newron EV1 relève du jamais-vu (sauf dans Mad Max)

Le design de la EV-1 est révolutionnaire.

Ça ne fait aucun doute là-dessus.

Avec son cadre en spirale, sa batterie façon aspirateur Dyson (ce n’est vraiment pas péjoratif, je trouve ça très beau), ses optiques lamellaires, sa selle dans le prolongement du cadre et sa fourche aussi imposante que le viaduc de Millau, la Newron EV1 ne laisse pas indifférent.

Et pour cause, c’est une moto qui se veut clivante.

Elle recrute un imaginaire steam punk qui doit sévèrement agacer les détracteurs des motos électriques, et amuser ceux qui la possèdent.

C’est une moto qui veut être vue, à l’instar de la plupart des motos de luxe. C’est un jeu de dupes où personne ne perd, car chacun se conforte dans ses positions.

D’ailleurs, c’est essentiellement sur ce point que je regrette souvent les designs trop clivants.

Ils n’aident pas du tout à faire avancer le sujet, ils préfèrent surfer sur les éléments de tribalisme qui divisent.

Ce n’est pas la définition du luxe, mais c’est souvent ça, le luxe.

Note du design de la EV-1 : 4/5.

L’usage d’une moto électrique de luxe

La EV-1 est un cruiser dans la droite lignée d’Indian et Harley.

Et elle le prouve avec son empattement éléphantesque de 1600 mm qui se sentira comme chez lui sur les routes infiniment droites des Etats-Unis

Et sur ce point, je trouve ça très malin.

Car les motos de luxe sont des motos qu’on sort rarement, de peur de se les faire abîmer.

On préfère alors les utiliser dans des conditions plus propices à la surveillance et avec moins de densité de population. Et pour ça, rien de mieux que le Far West et la campagne profonde.

D’ailleurs, les sorties poussiéreuses s’allient à merveille avec l’esthétique post apocalyptique de cette moto. À n’en pas douter, on doit se croire dans Mad Max à courser (ou à fuir, selon son camp) des voitures remplies de gens peu fréquentables. 

La EV-1 connaît donc très bien son usage, et elle ne perd pas son temps à répondre à ce qui ne la concerne pas.

Très bon point.

Note de la pertinence de l’usage auquel elle répond : 3/5.

Le prix d’une moto de luxe, sans surprise

C’est ici qu’on en arrive au point de bascule.

La Newron EV1 coûte 60 000 € (dont 2 000 € de précommande).

J’ai regardé, c’est le prix d’une Porsche 911 de 1970 sur LeBonCoin. C’est donc très cher, et j’imagine que pour se permettre d’investir autant dans une telle moto électrique, il faut déjà avoir la 911 dans le garage pour ne pas regretter.

Du reste, la EV-1 n’est pas la plus chère des motos électriques de luxe, car la Curtiss 1 et la HyperTEK valent respectivement 67 060 € et 68 777 €.

Un sou est un sou, c’est toujours ça de gagné (ou de pas perdu).

Note du prix de la EV-1 par rapport aux autres motos électriques luxueuses : 3,8/5.

L’empreinte environnementale banale de la Newron EV1

  • Technologie du moteur : brushless
  • Technologie de la batterie : Lithium-ion

Je vous préviens, je vais râler ici.

Car quand on vend une moto au prix d’une petite maison dans la campagne Mazamétaine, on doit au moins assurer une veille technologique.

Voilà ce que dirait cette veille technologique : il existe d’autres solutions plus responsables environnementalement que les moteurs brushless (que toutes les motos électriques utilisent) et les batteries lithium-ion (que toutes les motos électriques utilisent, aussi).

Au hasard : les moteurs brushless avec aimants en ferrite sans terres rares, les moteurs à induction, les batteries lithium-ion au fer phosphate, les batteries sodium-ion, etc.

Qu’une moto à 20 000 € se ruent vers ces solutions à cause de leur prix accessible, je comprends.

Je comprends moins pour les motos à 30 000 €.

Alors vous imaginez bien que pour les motos à 60 000 €, la pilule passe très mal.

Note de son impact environnemental : 2/5.

Bilan sur la Newron EV1 : soyez chauvins

Moyenne générale : 3,5/5, une note correcte.


Je ne suis décidément pas client des motos électriques de luxe.

Je les trouve dispensables, et je crains même qu’à défaut de faire progresser les motos électriques, elles les font régresser par les débats étriqués qu’elles créent.

Mais la Newron EV1 reste une bonne moto.

Et si vous cherchez une moto électrique de luxe, acheter celle-là n’est pas si bête, pour se soutenir, entre français.

Donnez votre avis en un clic