Tout ce que vous devez savoir sur la luxueuse Blackstone HyperTEK

La Blackstone HyperTEK est la plus grande fierté du constructeur. Voyons si cette moto électrique puissante de luxe vaut son prix.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

HyperTEK Blackstone TEK moto électrique puissante

Ici, on s’intéresse à la Blackstone HyperTEK, cette moto électrique luxueuse qui détonne dans le paysage des motos électriques puissantes.

Face à l’accélération impressionnante du nombre de de motos de plus de 11kW sur le marché, j’ai voulu y voir plus clair. Je les ai donc toutes analysées et classées dans cet article. Et au milieu de tous ces modèles, il y avait la Blackstone HyperTEK.

Si vous en avez le courage, vous pourrez l’acheter en consultant sa page produit, ici.

De bonnes performances, mais un constructeur avare en informations

  • Puissance moteur : 80 kW (permis A)
  • Couple moteur : 120 Nm
  • Vitesse maximale : Non communiquée
  • Temps de passage de 0 à 100 km/h : Non communiquée
  • Capacité batterie : Non communiquée
  • Temps de recharge : 30 minutes (!)
  • Autonomie : 300 km (aucun profil de conduite précisé)
  • Poids : 205 kg
  • Empattement : 1480 mm
  • Angle de chasse : 25,3° (mesuré sur les images de la HyperTEK car non communiqué)

Toutes les caractéristiques sont très bonnes.

La puissance et le couple moteur sont dans la norme des motos puissantes, tout comme l’autonomie. Le temps de recharge est lui assez impressionnant.

Du reste, difficile de se faire un avis tant ils en disent peu.

On ne connait ni sa vitesse maximale, ni son accélération, ni la capacité de sa batterie. Ce qui est très étonnant quand on connaît le prix de la moto. On s’attendrait en effet à une fiche produit un peu plus étayée.

J’imagine que le constructeur corrige le tir quand on entre dans le parcours d’achat. Mais ça ne peut que pénaliser la Blackstone HyperTEK dans la note que je vais donner à ses performances.

Ses performances, comparées à celles des autres motos électriques de luxe obtiennent donc la note de 2,9/5.

Le design de la Blackstone HyperTEK est son cheval de bataille

Une moto de luxe.

Voilà ce qu’est la HyperTEK qui fait la fierté de Blackstone. Pour s’en convaincre, il suffit de se rendre sur sa page produit, dans laquelle ils évoquent le légendaire designer Pierre Terblanche, qui s’est occupé de la dessiner

Si vous le connaissez autant que moi (c’est-à-dire très peu), sachez que c’est lui qui a accouché des lignes de la Ducati 999, de la Multistrada 1100 S et de la Sport 1000.

Il n’est donc pas n’importe qui. Et on sait tous très bien qu’une moto dessinée par un designer au très grand nom ne peut qu’être une moto de luxe.

Il s’est fait plaisir, et ça se voit.

Les courbes sont insensées, la silhouette est formée par un équilibre rarement vu entre pleins et creux, et les couleurs (noir, cuivre, acier et vert pastel) se répondent de manière harmonieuse.

C’est un très beau travail de design dont il est fier, puisqu’il affirme que c’est sa plus belle œuvre.

Note de son design : 4/5, car il ne faut pas abuser non plus.

La Blackstone HyperTEK répond à un usage flou

L’usage auquel répond la HyperTEK n’est pas très bien identifiable.

Elle affiche une géométrie de roadster qui lui permet d’être à l’aise sur toutes les routes sans être performante nulle part.

Un roadster donc.

Mais si on ajoute à ça qu’elle vaut 80 000 $, on se dit qu’on a assez peu envie de la sortir. Car une moto, ça se vole facilement.

Et si celle-là permet de se faire voir, elle augmente aussi la probabilité de vol. Autrement dit : c’est une moto de décoration à ranger au chaud dans le garage et à sortir quelques week-ends par an.

Note sur la pertinence de sa réponse à l’usage souhaité : 3/5, je suis gentil.

Un prix indécent, sans aucun commentaire

Il faut débourser 80 000 $ (soit 68 777 € au cours du 25/09/2020) pour s’offrir cette moto.

Quand je vous dis que c’est une moto de luxe, je ne le dis pas au hasard.

Note de son prix comparé à celui des autres motos électriques de luxe : 3,3/5.

Une empreinte environnementale désespérante

  • Technologie du moteur : brushless
  • Technologie de la batterie : non communiquée mais très probablement lithium-ion
  • Autre : Cadre monocoque carbone

Sur ce point de l’empreinte environnementale, la Blackstone HyperTEK est modeste.

Elle n’apporte aucune réponse révolutionnaire à cet enjeu pourtant crucial. En effet, elle utilise la même technologie de moteur que toutes les autres motos électriques

Et on sait à quel point les moteurs brushless et leurs aimants permanents au néodyme sont perfectibles. Pire : ils ne précisent nulle part la technologie de leur batterie. C’est dire s’ils prennent le sujet au sérieux…

Enfin, la HyperTEK est dotée d’un cadre monocoque en carbone.

Sur ça, je n’ai pas d’avis. Mais je questionne la pertinence de ce choix car si ça réduit le poids, ça utilise aussi une matière première qui n’est pas en si grande quantité dans la nature. 

Note de son empreinte environnementale non maîtrisée : 2/5.

Résumé : la Blackstone HyperTEK est une très bonne moto… mais pas pour 80 000 $

En moyenne, la Blackstone HyperTEK récolte un maigre 3,05/5.


Je crains que cette moto ne soit pas capable de satisfaire l’ambition de Gary Turner (PDG de Blackstone TEK) de participer à « la définition du futur des motos électriques ». 

Je vois 3 raisons à cette incapacité.

1. La HyperTEK coûte 80 000 $

Et n’en déplaise à Gary Turner, les véhicules électriques ont passé un seuil critique.

Il y a 10 ans, ils étaient effectivement chers, et l’innovation se concentrait uniquement dans les modèles accessibles à une élite.

Ce n’est plus le cas.

Aujourd’hui, ils se démocratisent et l’innovation, pour être pertinente, doit chercher à répondre rapidement à des enjeux de grande échelle.

2. Ils n’exploitent aucune technologie innovante

Leur moteur est un simple moteur brushless comme on en trouve sur toutes les motos électriques, et ils ne communiquent même pas sur la technologie de leur batterie.

Autant dire qu’elle doit être d’une banalité technologique qu’ils cachent honteusement.

La seule prouesse technologique est le cadre monocoque en carbone qui réduit le poids, mais dont la pertinence écologique et économique est questionnable.

3. Le design est certes sublime, mais il est trop clivant pour représenter un exemple à suivre

Il ne cherche pas à s’intégrer dans le paysage des véhicules qu’on cotoie tous les jours.

Son but est d’attirer l’œil. C’est très cohérent avec le segment du luxe, mais ça ne permet pas une démocratisation qui semble pourtant « le futur des motos électriques ».

En somme, je crois que la HyperTEK est une excellente moto.

Elle affiche des caractéristiques séduisantes (une recharge en 30 minutes, c’est très beau, presque suspect) et son design est sans surprise parfaitement sublime.

Mais c’est la moindre des choses pour une moto à 80 000 $

Pour conclure sur mon avis, il suffit que je donne ma définition de ce qu’est une bonne moto : c’est une moto qui répond à un usage avec le plus de sobriété possible.

Ce n’est donc qu’une moto dont l’objectif est de faire pâlir le voisin. Je ne suis donc pas du tout transcendé par ce petit bijou que je laisse bien volontiers aux plus riches que moi.

Donnez votre avis en un clic