Curtiss Motorcycles : un trésor de design et d’ingénierie avec la Curtiss 1

La Curtiss 1 de Curtiss Motorcycles, une moto électrique ovni qui cible un public sensible au luxe.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

Curtiss 1 Curtiss Motorcycles moto électrique puissante

Je suis tombé sur la Curtiss 1 de Curtiss Motorcycles pendant que je listais toutes les motos électriques de plus de 11 kW (donc accessibles au permis A2 et A).

Je voulais toutes les étudier, en détail, puis établir un classement. Si ça peut vous aider à vous orienter dans ce labyrinthe de motos de plus en plus touffu, vous pouvez retrouver l’article en question ici.

Parmi ces motos électriques puissantes, on compte donc la Curtiss 1.

Elle fait beaucoup parler, mais elle méritait d’être analysée plus finement. En guise d’introduction, vous pouvez retrouver sa page produit sur le site de Curtiss Motorcycles en cliquant ici.

Ensuite, passons à son analyse.

Les performances de la Curtiss 1 sont affolantes

  • Puissance moteur : 64 kW, 90 kW en pic (permis A)
  • Couple moteur : 200 Nm
  • Vitesse maximale : 321 km/h
  • Temps de passage de 0 à 100 km/h : 2,1 s (information trouvée ailleurs que sur leur site)
  • Capacité batterie : 16,8 kWh (idem)
  • Temps de recharge : Non communiqué
  • Autonomie : 450 km (idem)
  • Poids : 193 kg
  • Empattement : 1575 mm
  • Angle de chasse : 27°, ajustable jusqu’à 31°

Cette moto affiche des performances assez époustouflantes : une vitesse maximale de 321 km/h et un passage de 0 à 100 km/h en 2,1 secondes, c’est parfaitement immense.

D’ailleurs, s’il est avéré qu’elle franchit le 0 à 100 en aussi peu de temps, ça fait d’elle la moto électrique la plus performante sur cette épreuve.

Très impressionnant donc.

Sans compter l’autonomie de 450 km qui fait valdinguer toutes les critiques qu’on peut faire à la faible autonomie des motos électriques. Il n’y a pas à dire : cette moto est le fruit d’un travail remarquable d’ingénierie.

Si ça ne suffisait pas, elle atteint aussi une vitesse de pointe de 321 km/h.

Je n’ai pas trouvé cette information sur leur site, mais une telle valeur ne m’étonnerait pas pour cette moto qui met en avant ses performances avec une très grande fierté.

Comme elle ne se refuse aucun luxe, la Curtiss 1 permet d’ajuster l’angle de chasse à notre convenance.

On pourra donc le raccourcir lorsqu’on roulera en ville, et l’allonger lorsqu’on roulera sur les longues lignes droites américaines. C’est très malin, et c’est exactement ce qu’on attend d’une moto électrique de luxe : des fonctionnalités trouvables nulle part ailleurs.

Seul défaut étonnant pour une moto de luxe : ils ne donnent pas le temps de recharge.

Quand on investit autant dans une moto, on est en droit d’avoir cette information il me semble. C’est une erreur le constructeur serait bien inspiré de corriger. Et c’est une erreur qui coûtera quelques points à la note finale de la Curtiss 1.

La note de ses performances comparées à celles des autres motos électriques de luxe est donc de 4,97 (c’est précis).

Son design est bien fait, sans aucun doute

Pour le design, je suis mitigé.

Je reconnais le travail de documentation qu’ils ont dû abattre pour multiplier les références aux motos légendaires du siècle dernier. Mais je ne suis pas sensible à cette esthétique steampunk.

Dans les films c’est délicieux, pas dans la vraie vie. 

Note du design de la Curtiss 1 : 4/5, car il faut être juste.

Un usage luxueux pour Curtiss Motorcycles, donc pas vraiment lisible

L’usage de la Curtiss 1 est un peu à l’image de toutes les motos de luxe : difficile à identifier.

Pour cause : quand on a déboursé autant pour une moto, on ne la sort que lors des grandes occasions. On craint tellement de la garer sans surveillance qu’on préfèrera la maintenir à l’abri de tout risque.

Ce qui en fait une moto peu pratique au quotidien.

D’autant que Curtiss Motorcycles ne s’est pas facilité la tâche avec la géométrie bobber de la Curtiss 1.

Son empattement relativement long et son angle de chasse conséquent la rendent peu pratique en ville. Et on sait bien qu’avec leur autonomie modeste, c’est justement en ville qu’on se sert le plus des motos électriques.

Note : ils n’avancent aucun chiffre d’autonomie sur leur site, mais certains sites parlent d’une autonomie (assez incroyable) de 450 km. Je ne sais pas trop quoi en penser, mais si c’est le cas, ça relativise ma remarque précédente et ça rend l’empattement élevé pas si bête. À vérifier !

Note de la pertinence avec laquelle elle répond à son usage : 3/5.

Le prix de la Curtiss 1 est démentiel

Ça étonne quelqu’un ?

Pour vous offrir la magnifique Curtiss 1, vous devrez vous délester de 78 000 $ (67 060 € au cours du 26/09/2020).

Courage.

Note de son prix comparé à celui des autres motos électriques de luxe : 3,4/5.

Un empreinte environnementale décevante

  • Technologie du moteur : moteur brushless à flux axial
  • Technologie de la batterie : Batterie lithium-ion
  • Autre : contient de la fibre de carbone, nul besoin d’expliquer en quoi c’est nocif

La Curtiss 1 ne réinvente pas la roue sur le domaine environnemental.

Son moteur brushless fonctionne grâce à des aimants permanents constitués de terres rares dont on connaît l’impact à la fois écologique, social et économique

Alors certes, c’est un moteur à flux axial, ce qui lui permet de garantir une meilleure densité énergétique et donc certainement d’économiser des matières premières. Mais rien de très révolutionnaire. 

Même pour la batterie lithium-ion qu’on retrouve sur toutes les autres motos électriques.

Aucune communication n’est faite sur la chimie utilisée, il y a donc fort à parier qu’ils utilisent une chimie gourmande en cobalt et en cuivre (dont les stocks mondiaux diminuent à vue d’œil).

De plus, je n’ai trouvé aucune mention du lieu de fabrication des différents composants, ce qui est étonnant pour une moto de luxe.

Note de la Curtiss 1 sur ce domaine pourtant important : 2/5.

Curtiss Motorcycles ont conçu une moto de luxe pas si ridicule que ça

Sa moyenne générale est de 3,5/5, pas ridicule donc.


Sans être un clone de la HyperTEK, la Curtiss 1 est dans la même veine : leur but est de produire « la meilleure moto, point », avec un design différenciant et des performances électrisantes.

Mais à quel prix ?

Au prix d’une énième moto de luxe.

Alors à nouveau, on peut s’extasier de ce que propose Curtiss Motorcycles. Ce qu’ils font est assez impressionnant.

Leurs projets (comme la P40 Warhawk et la Curtiss Zeus) sont des trésors de références passées, de design et d’ingénierie.

Mais ces projets sont des projets vitrines.

Et comme aucune Rolls n’a révolutionné le cours de la mobilité personnelle, aucune Curtiss ne révolutionnera le cours de la moto.

Ils produisent des motos d’exception, peut-être les meilleures motos, mais ils ne s’adressent qu’à une élite. Je passe donc mon tour.

Mais je vous conseille d’aller vous perdre sur leur site. Il est très bien fait, et les pages « history » sont très riches.

J’imagine que c’est la moindre des choses pour une moto qui se vend au prix d’une Tesla.

Donnez votre avis en un clic