Evoke Urban S : est-ce qu’il ne serait pas le meilleur roadster électrique du marché ?

Evoke Motorcycles est un fabricant chinois de motos électriques. Avec la Evoke Urban S, ils se placent comme un candidat très sérieux.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

Urban S Evoke Motorcycles

Au-delà de la Evoke Urban S, il faut reconnaître que les motos électriques sont encore une technologie immature. D’ailleurs, Il est difficile de se faire un avis pertinent sur toutes celles qui existent sur le marché.

Pourtant, si on veut rouler de manière plus écologique, il faut se lancer à un moment ou à un autre.

J’ai donc décidé de vous aider dans le choix de votre prochaine moto électrique en analysant toutes les motos électriques puissantes du marché. Je les ai ensuite classées dans un article que vous pouvez retrouver ici.

Mais sans plus attendre, voyons ce que la Urban S vaut.

Vous pouvez consulter sa page de vente en cliquant ici. Et pour avoir mon analyse, il vous suffit de continuer à lire.

Les performances de la Evoke Urban S sont honorables

  • Puissance moteur : 19 kW (permis A2)
  • Couple moteur : 116,6 Nm
  • Vitesse maximale : 130 km
  • Temps de passage de 0 à 100 km/h : 6 secondes
  • Capacité batterie : 9,05 kWh
  • Temps de recharge : 0-80% en 90 minutes
  • Autonomie : 200 km en ville
  • Poids : 179 kg
  • Empattement : 1380 mm
  • Angle de chasse : Non communiqué

Celle-là, je ne l’attendais pas à cet endroit.

C’est l’exacte jumelle de la Urban Classic, mais avec un prix 500 $ plus faible.

Ça n’a aucun sens mais soit, admettons.

Si vous avez déjà lu la fiche que j’ai rédigée à propos de sa sœur jumelle, vous pouvez vous épargner cette lecture. Elle dira la même chose, seuls les mots diffèreront. 

Donc, commençons par le commencement : l’analyse des performances.

Celles de la Urban S sont très modestes. Son moteur ne délivre que 19 kW (soit à peine 8 de plus qu’une équivalente 125), sa vitesse maximale est de 130 km/h (ce qui la prive d’autoroute car voilà, trop dangereux), et son accélération est assez molle (0 à 100 km/h en 6 secondes).

Mais c’est ici qu’Evoke Motorcycles est très habile. 

Car ils n’ont aucune envie de proposer des performances tonitruantes pour faire frissonner les journalistes. Et pour s’en convaincre, il suffit de relire le nom du modèle : Urban S.

Voilà la clé. C’est une citadine. Une excellente citadine.

En ville, nul besoin d’une autonomie immense.

Il suffit d’avoir assez dans le réservoir (façon de parler) pour faire une paire de fois le sempiternel trajet domicile-travail-domicile. Avec 200 km d’autonomie en ville, cette exigence est assurée.

Aussi, le passage de 0 à 100 km/h en 6 secondes est certes faible pour une sportive, mais largement suffisant en ville. Car dans ce milieu, l’enjeu est simplement d’avoir assez de reprise pour se sortir des situations dangereuses dans une circulation dense. Et avec cette accélération, c’est possible.

Enfin, l’empattement de la Urban Classic est court.

Et c’est un excellent atout au milieu des bouchons. Car un empattement court est synonyme d’une maniabilité optimisée. Là aussi, c’est parfaitement pertinent pour la ville.

Evoke Motorcycles aurait pu en rester là.

Mais ils ont voulu enrichir leur moto.

Pour ça, ils se sont dit qu’un peu plus de polyvalence ne ferait pas de mal, en cas de sorties le week-end.

Ils ont alors opté pour un angle de chasse relativement fort pour assurer de la stabilité sur les nationales, et un chargement assez rapide pour recharger au restau et repartir de plus belle dans nos campagnes.

Même si je ne suis pas un grand client de la polyvalence, je reconnais que dans ce cas, ce n’est pas si bête.

Car avec une puissance de 19 kW, la Urban S s’adresse aux motards qui ont le permis A2. Et comme c’est souvent leur première moto, ils ont en majorité envie de ne se priver de rien. 

La note de ses performances par rapport aux motos électriques du même segment : 2,90/5.

Un design de roadster, sans plus

En termes de design, la Urban S ressemble beaucoup à la Urban Classic.

C’est un roadster. Ni plus ni moins.

Sur leur site, Evoke Motorcycles le décrivent comme inspiré des italiennes. Ma foi, pourquoi pas. Mais je persiste à ne voir rien d’autre qu’un roadster parfaitement classique. 

La note que j’attribue à son design : 2,5/5.

La Evoke Urban S répond à un usage urbain : mission accomplie

Nous l’avons évoqué plus haut, l’usage auquel s’adresse la Evoke Urban S est précisé dans son nom : un usage urbain.

Nous avons à peu près tout dit à son propos dans les paragraphes précédents, donc je vais éviter de faire un doublon.

Ajoutons simplement que j’apprécie beaucoup la pertinence dont Evoke Motorcycles fait preuve.

Les ingénieurs du constructeur chinois n’ont aucun état d’âme. Ils ne cherchent pas à satisfaire tout le monde et ne ciblent qu’un usage très précis. C’est exactement ma définition d’une bonne moto : répondre à un usage avec le moins de chichis possible, point. 

La note de la pertinence avec laquelle la Urban S répond à son usage : 4/5.

Un prix imbattable qui la met en orbite

La Urban S est vendue à 7 999 $ (soit 6 855 € au cours du 28/08/2020).

Elle est donc 500 $ moins chère que la Urban Classic, alors qu’elle affiche les mêmes caractéristiques et que cette dernière était déjà bien en dessous du marché.

C’est donc peu dire que d’affirmer que le prix de la Urban S est incroyablement bas.

Elle est à peine plus chère que la TC Max de Super Soco, alors qu’elle affiche des performances qui lui sont bien supérieures.

C’est impressionnant.

La note qu’elle obtient en comparaison avec la concurrence : 5/5.

L’empreinte environnementale n’est pas la priorité de la Evoke Urban S

  • Technologie du moteur : brushless
  • Technologie de la batterie : Lithium ion NMC
  • Autre : Fabriquée en Chine

Ici, je vais faire le même discours désabusé que pour la Urban Classic.

La Urban S ne répond ni de près, ni de loin à un enjeu environnemental. Elle s’en fiche royalement.

Son but, c’est d’être une moto électrique pour les permis A2, aussi accessible que possible. Les notions écologiques ou sociales n’ont rien à faire là-dedans.

C’est une erreur.

Mais c’est le jeu.

Alors sans surprise, on retrouve sur la Urban S un moteur brushless et une batterie lithium-ion de chimie nickel-manganèse-cobalt, qui sont les deux solutions les moins respectueuses de l’environnement en termes de moteurs et de batteries.

La note de son respect environnemental : 2/5.

En résumé : Evoke Motorcycles frappe (plutôt) fort

Sa moyenne générale est de 3,29.


J’ai été assez impressionné par la Urban Classic.

Je le suis donc encore plus pour la Urban S, qui est son clone mais qui coûte encore moins cher.

Mais après avoir rédigé ces deux fiches, je me demande s’il est bien pertinent de proposer ces deux motos dans la gamme d’Evoke Motorcycles.

Elles répondent au même usage et au même public, avec les mêmes éléments de réponses. La Evoke 6061, elle, se positionne plus comme une routière, alors sa présence est pertinente.

Bref, c’est très intriguant. Mais quelques fois, il ne faut pas essayer de comprendre. Il suffit de retenir qu’Evoke Motorcycles a les dents très longues.

Très, très longues.

Donnez votre avis en un clic