La Savic Delta : un design réussi, mais des performances décevantes

La Savic Delta est la moto électrique du milieu de la gamme proposée par Savic Motorcycles. Une bonne moto électrique, mais à quoi bon ?

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

Delta Savic Motorcycles

Cette fiche dans laquelle je dissèque la Savic Delta s’intègre au classement de toutes les motos électriques puissantes disponibles sur le marché.

Je l’ai créé pour vous aider à vous y retrouver, au milieu de tous ces nouveaux constructeurs qui sortent de nulle part

Vous pouvez retrouver le classement en cliquant ici, si ça vous tente.

Mais avant ça, étudions la Delta de Savic Motorcycles.

Les performances de la Savic Delta : dans la moyenne des urbaines électriques

  • Puissance moteur : 40 kW (permis A)
  • Couple moteur : 140 Nm
  • Vitesse maximale : Non communiquée
  • Temps de passage de 0 à 100 km/h : 4,5 secondes
  • Capacité batterie : 9 kWh
  • Temps de recharge : 180 minutes
  • Autonomie : 150 km
  • Poids : 190 kg
  • Empattement : 1390 mm
  • Angle de chasse : 20-21° (cette valeur n’est pas contractuelle, je l’ai mesurée sur les photos car ils ne jugent pas bon de nous la communiquer)

Celle-là, elle n’était vraiment pas nécessaire.

Pour la Alpha (version sportive) et la Omega (version citadine), j’ai bien voulu passer outre le nom ridicule.

Mais cette fois, je ne m’en sens pas capable. Car en plus de son nom insupportable, son positionnement est incompréhensible.

  • 40 kW de puissance, c’est trop puissant pour un permis A2 et trop ennuyeux pour un permis A ;
  • 4,5 secondes pour passer de 0 à 100 km/h, c’est très bien pour une moto peu puissante, mais justement, Savic Motorcycles propose déjà sa moto peu puissante ;
  • 150 km d’autonomie, c’est suffisant pour la ville, mais trop peu pour les nationales – mais encore, le modèle citadin de Savic est déjà sur ce créneau !
  • et un temps de recharge de 180 minutes, soit 3 heures, sans aucune possibilité de charge rapide, ça désamorce toute velléité de sorties longues.

Autrement dit, ça cantonne la Delta dans un rôle de citadine, alors que sa petite sœur le fait déjà très bien.

Enfin, la géométrie de la Delta est strictement la même que celle de la Omega (je sais, on se perd, ces noms n’ont vraiment rien pour eux).

Mais alors, messieurs les ingénieurs de Savic Motorcycles, pourquoi avoir sorti la Delta ? À quoi bon ? Dans une volonté de personnalisation, c’est ça ?

Au diable la personnalisation !

Une bonne moto, c’est une moto qui répond de manière cohérente à un usage, ni plus, ni moins.

On ne parle pas de téléphones ici, il faut arrêter avec ces non-sens. Alors voilà ce que je vous propose : je vais analyser la Delta comme si la Omega n’existait pas. Ça me permettra peut-être de comprendre ce qu’ils ont voulu faire.

Ou peut-être pas.

La note qu’elle obtient en comparant ses performances à celles de la concurrence : 2,46/5.

Je ne peux rien y faire : j’aime son design

J’aime beaucoup le design de la Delta.

Je le trouve qu’il inspire à la fois la qualité, que ses courbes sont harmonieuses, et qu’il est très intelligent.

Pour la qualité et l’harmonie des courbes, c’est à chacun d’en décider. Je ne vais donc pas vous imposer ce que j’en pense.

Mais pour l’intelligence du design, ça n’a rien à voir avec les goûts et les couleurs.

Car derrière un design se cache toujours un message, qu’on peut lire et dont on peut tirer des conclusions. Ici, le message du design de la Delta est : elle veut séduire les motards qui roulent en ville.

Ce message est très malin.

Car les motos électriques n’ont pas encore fait leurs preuves auprès de tous les motards. Il en reste encore une très grosse proportion qui attend de voir, avant de se laisser séduire.

Je ne parle pas des hostiles, mais des sceptiques. Et ceux-là sont nombreux.

C’est certainement le constat que Savic Motorcycles a fait.

La suite, ça a été de réaliser que pourtant, les motos électriques méritent de remplacer les motos thermiques dans certains usages, pour lesquels elles feraient le même travail mais avec un impact environnemental moindre.

Avec l’usage citadin en pole position. 

Et c’est ici que toutes les planètes s’alignent. 

Car les motards hostiles aux motos électriques sont moins nombreux en ville. Et les motards sensibles aux questions environnementale sont plus nombreux en ville.

La suite, c’est de s’adresser à ces derniers en utilisant les codes qui les touchent. Ces codes, c’est les vieux films, c’est Steve McQueen, c’est les cafe racers.

Bingo !

La Delta est justement un cafe racer qui permet de rouler avec style et en respectant plus l’environnement qu’avec une moto thermique. Autrement dit, il y a une cohérence (voulue ou pas, peu importe) entre le public auquel la Delta s’adresse et son design.

C’est donc très bien joué.

Sa note : 4/5 (car ça aurait pu être encore mieux).

L’usage de la Savic Delta est clair et évident, c’est très bien

Le Delta est une moto de ville.

Ça ne fait strictement aucun doute.

Elle sera en effet parfaitement à l’aise dans les circulations denses grâce à sa géométrie de citadine, son autonomie faible ne sera pas un problème et son couple lui permettra une reprise pas désagréable dans les situations risquées de la ville.

Du reste, vous pourrez l’amener en dehors des villes.

Mais ne partez pas trop longtemps, car vous risquez de le regretter.

Car sa géométrie sera trop instable (quitte à se faire quelques frayeurs) et son autonomie sera si faible que vous ne regarderez même plus la route tant vous serez stressé de subir une panne sèche.

Certains y verront un point faible.

Je suis un peu d’accord avec eux.

Car la Delta, avec sa puissance intermédiaire, mériterait un tout petit peu plus de polyvalence.

Mais je suis aussi en désaccord avec eux.

Car je trouve ça toujours très étonnant de choisir une moto en se basant sur des voyages qui ne représenteront que 1% de notre utilisation de la moto.

Les virées le week-end, c’est génial. Mais tout le monde n’en fait pas. Et de nombreux motards n’utilisent leur moto qu’au quotidien, et dans des conditions quasi-exclusivement citadines.

Pour eux, la polyvalence est donc à fuir, car elle rend leur quotidien moins fluide.

La note de la manière avec laquelle elle traite son usage : 4/5.

Son prix est encore élevé

La Delta se vend à 16 990 $ (soit 14 368 € au cours du 09/10/2020 avec une prévente à 100 $ puis 1 900 $ puis 4 000 $).

Ce principe de paiements multiples est une drôle d’idée, mais la Delta reste assez accessible pour une moto électrique (même si elle coûte plus cher que les autres motos électriques de sa gamme de puissance).

Ça reste plus cher qu’une moto thermique équivalente, mais l’écart commence à rétrécir.

Et c’est de très bon augure.

La note de son prix par rapport à celui des autres motos électriques urbaine : 2,41/5.

Une empreinte environnementale largement améliorable

  • Technologie du moteur : brushless
  • Technologie de la batterie : Non communiquée, incroyable ça
  • Autre : « Fabriquée en Australie », mais le moteur vient de Chine…

Je ne vais pas disserter trop longtemps sur ce sujet, car j’ai l’impression de me répéter constamment.

Alors je vais la faire courte : Savic ne communique pas sur la technologie de sa batterie.

C’est proprement inadmissible quand on sait que c’est l’un des deux éléments distinctifs des motos électriques.

Quant à l’autre élément distinctif, le moteur, on en sait plus, car ils nous apprennent que c’est un moteur brushless. Ce n’est pas surprenant quand on sait que toutes les motos électriques sont équipées de cette technologie de moteurs.

Ça l’est beaucoup plus quand on sait que les moteurs brushless contiennent des aimants permanents aux terres rares.

Car les terres rares sont, et je n’exagère pas, un des problèmes les plus importants de notre époque. On a totalement perdu le contrôle de leurs extractions, ce qui a aujourd’hui pour conséquences une empreinte environnementale et sociale détestable.

Il existe des solutions pour s’en passer, avant d’y revenir quand ça sera plus raisonnable. Il serait temps de s’y mettre, surtout quand on utilise sur son site l’argument de la culpabilité.

Pas vrai, Savic ?

Sa note : 2/5.

Conclusion : la Savic Delta est une erreur

La Delta glane une moyenne générale de 2,98/5, c’est un peu décevant.


Ma conclusion est simple : la Delta est une erreur.

Alors que la Omega est beaucoup plus pertinente.

Moins puissante certes, mais moins chère et tout aussi adaptée à la ville. Je ne comprends pas ce qu’ils ont voulu faire, et ça me semble parfaitement idiot.

Donnez votre avis en un clic