Electric Motion Escape : l’une des seules motos électriques (vraiment) spécialisée dans le tout-terrain

L’Escape d’Electric Motion est l’une des seules motos électriques vraiment spécialisées dans le tout-terrain. Ça fait du bien.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Posez-moi toutes vos questions à l'adresse julien@construire-sa-moto-electrique.org, ou sur LinkedIn.

Electric Motion Escape moto

Tout au long de votre lecture, gardez en tête que mon adresse e-mail est publique, et que vous pouvez m’écrire à tout moment. La voici : julien@construire-sa-moto-electrique.org. Vous pouvez aussi me contacter directement sur LinkedIn.

Parmi les motos électriques équivalentes 125, la Electric Motion Escape fait figure d’ovni : non pas à cause de ses caractéristiques, mais à cause de sa philosophie.

En effet, c’est l’une des seules motos électriques de cette catégorie qui accepte de faire du vrai tout-terrain. C’est-à-dire qu’elle ne cherche pas un équilibre entre le bitume urbain et le chemin de terre. Elle, elle ne veut que de la poussière et des cailloux.

Et j’aime ça.

Les performances de la Electric Motion Escape sont idéales

  • Puissance moteur maximale : 11 kW
  • Puissance moteur nominale : 6 kW
  • Couple dans la roue : 600 Nm
  • Vitesse maximale : 75 km/h
  • Capacité batterie : 2,69kWh
  • Temps de recharge : 4h15
  • Autonomie : 61 km
  • Poids : 83 kg
  • Empattement : 1 325 mm

Si vous voulez partir en randonnées sportives avec votre moto, la Electric Motion Escape est sans doute ce qui se fait de mieux. Pour vous en convaincre, il suffit de lire ses caractéristiques que l’on peut trouver sur le site du constructeur, les unes après les autres.

D’abord, le couple.

Avec un couple dans la roue de 600 Nm au démarrage (et des pneus Michelin X11 taillés pour le trial), vous vous sortirez de toutes les situations périlleuses dans lesquelles vous vous serez empêtrés.

C’est quasiment inégalable pour une moto thermique de fournir un tel couple pour une moto aussi légère.

D’autant que le couple dans la roue de 600 Nm que l’Escape produit n’est pas le fruit d’une fulgurance permise par la suralimentation exceptionnelle du moteur. L’information qui me fait penser ça se trouve dans c’est son rapport puissance maximale sur puissance nominale.

Ce rapport est très important à prendre en compte dans le choix d’une moto électrique.

Car il vous illustre la capacité de votre moteur à fournir beaucoup de couple sans surchauffer. Et celui de la Electric Motion Escape est excellent : avec un rapport inférieur à 2, vous pouvez en être sûrs, le moteur de l’Escape ne surchauffera pas en cas de situation compliquée où on veut fournir du couple.

Il sera fidèle, et il vous crachera le couple dont vous aurez besoin, sur de longues périodes.

À cette excellente capacité de fournir du couple dans les moments difficiles, nous pouvons ajouter qu’elle est assez rapide. Elle monte en effet à 75 km/h, ce qui est plutôt généreux pour une moto électrique tout-terrain du segment des équivalentes 125.

Après le couple, il faut regarder le poids.

Avec 83 kg, l’Escape pèse 5 kg de moins que la Husqvarna TC 125, une référence du tout-terrain (pas parfaitement équivalente néanmoins, car elle fournit un peu plus de puissance que l’Escape).

L’Escape affiche donc un poids largement satisfaisant pour une moto électrique tout-terrain.

Elle est donc suffisamment légère et sa géométrie est suffisamment courte (1 325 mm d’empattement) pour lui permettre de garantir une maniabilité très satisfaisante.

Puis vient la question qui fâche très souvent dans le domaine de la moto électrique : l’autonomie.

Et ma foi, celle de la Electric Motion Escape est très bonne : sa batterie de 2,69 kWh lui offre de tenir 61 km. Si on compare à ce qui se fait chez des équivalentes thermiques comme la KTM 125 Exc (86 km d’autonomie), on se dit que ce n’est pas ridicule du tout.

Sans compter qu’il n’est même pas nécessaire de comparer l’autonomie de l’Escape à celle d’une thermique pour s’en satisfaire. Car je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais une randonnée à moto de 61 km, ça me suffit amplement pour bien dormir le soir.

Alors je ne suis pas sûr qu’il soit nécessaire d’en faire plus.

Il y a néanmoins un bémol à noter ici : c’est que lorsque vous utiliserez votre Electric motion Escape, vous viderez presque entièrement sa batterie. Or vider une batterie lithium-ion entièrement de manière répétée diminue sa durée de vie. Donc ce faisant, vous l’abimerez un peu plus rapidement que de coutume.

Mais rien de bien méchant, car la batterie de la Electric Motion Escape est amovible.

Donc si un jour vous n’êtes plus satisfaits de l’autonomie de votre Escape, vous n’aurez qu’à la changer. Et Electric Motion sera tenu légalement de récupérer votre batterie. Sublime, non ?

Enfin, la dernière information à analyser sur les performances de l’Escape est dans sa vitesse de recharge. Avec un temps de recharge de 4h15, elle ne fait vraiment pas partie des motos les plus rapides à recharger.

Mais ici, il faut questionner l’usage : est-ce qu’après 60 km de randonnée, vous comptez réutiliser votre moto dans les 4h ?

Si votre réponse est non, alors la Electric Motion Escape sera votre meilleure amie, car elle vous donnera une bonne excuse pour vous reposer lors de sa recharge.

Mais si votre réponse est oui, alors vous devrez sans doute acheter une deuxième batterie.

En somme, les performances de l’Escape sont un sans-faute. Hélas, c’est un peu moins le cas de son design, qui me paraît un peu timide.

Un design contrasté

C’est le seul micro-défaut que je trouve à l’Escape : son design me semble manquer de risque.

Electric Motion Escape moto

Entendons-nous bien, elle n’est vraiment pas moche. Et elle n’est pas non plus un vulgaire pastiche d’une thermique tout-terrain. Elle n’est donc pas tombée dans l’écueil de certaines motos électriques.

Mais il me semble qu’Electric Motion aurait pu aller un tout petit peu plus loin dans le panache visuel. Peut-être est-ce dû aux couleurs ? Peut-être est-ce dû au carénage supérieur un peu trop triangulaire à mes yeux ?

Je n’en sais trop rien.

Ce que je sais, c’est que j’aurais bien vu le design de la Kalk sur cette moto : un design légèrement provocateur et un peu plus coloré.

Quoi qu’il en soit, il fallait lui trouver un petit défaut pour l’exercice. J’ai fait de mon mieux, et c’est le seul que j’ai trouvé.

L’Escape est l’éloge de la spécialisation

Vous pouvez acheter l’Escape pour votre usage quotidien.

Ce n’est vraiment pas interdit, et vous ne serez pas malheureux.

Mais l’Escape a été pensée pour fuir à tout prix la polyvalence. Car chez Electric Motion, ils savent très bien que la polyvalence est l’ennemie de l’excellente. Si on veut être excellent dans son domaine, on doit se spécialiser et répéter ses gammes des milliers de fois.

C’est ce que propose l’Escape : une moto électrique spécialisée dans le tout-terrain. 

Et si en termes de design je la trouve légèrement en dessous de la Kalk, elle est largement au-dessus en termes d’usage. 

Car elle a eu le courage de faire un choix et de s’y tenir : la Kalk est supposément une moto tout terrain mais elle a aussi été pensée pour la ville, alors que l’Escape est exclusivement une moto tout terrain.

Si vous vous offrez la Electric Motion Escape, vous aurez donc une des meilleures motos pour les chemins accidentés. Et si vous voulez roulez avec elle en ville, vous le pouvez mais je vous conseille de changer de pneus, au minimum.

Le prix de la Electric Motion Escape est compétitif

Vous trouverez la Electric Motion Escape aux alentours de 8 870 €.

C’est objectivement un très bon prix pour une moto électrique. Plus haut, j’ai mentionné la Kalk de Cake qui coûte quant à elle entre 11 500 € et 14 000 €. Et en équivalente, vous trouverez aussi la Sur Ron Storm Bee à 8 890 €.

Autrement dit, l’Escape est soit largement moins chère que sa concurrence, soit très légèrement moins chère que ses équivalentes électriques. Elle est donc parfaitement positionnée dans le segment des motos électriques. 

Si vous cherchez une excellente moto électrique tout-terrain équivalente 125, la Electric Motion Escape est donc la mieux positionnée.

Mieux encore, l’Escape se positionne très convenablement au milieu des équivalentes thermiques.

La Husqvarna TC 125 que j’ai citée précédemment coûte exactement le même prix. Donc même si on considère l’Escape sur toute la gamme des motos tout-terrain 125 (thermiques et électriques), son prix la place à un endroit très compétitif.

L’empreinte environnementale de la Electric Motion Escape : difficile de faire mieux

  • Technologie du moteur : Brushless
  • Technologie de la batterie : Lithium-polymère amovible

Dans l’article que j’ai consacré à l’autre moto électrique de la gamme d’Electric Motion (le modèle Epure), je ne me suis pas caché : je suis très admiratif de leur travail.

Il faut dire que je considère que pour être pertinente jusqu’au bout, une moto électrique ne doit pas seulement être performante. Elle doit aussi apporter une baisse sérieuse de l’empreinte environnementale de nos deux-roues préférés.

C’est la seule recette pour que nos motos continuent de rouler sans se faire contraindre par la crise écologique qui nous attend.

Sur ce point, l’Escape est aussi pertinente que sa sœur.

Son moteur contient certes du néodyme, mais il le fait pour des raisons de compacité nécessaire pour une moto légère. Et pour se faire pardonner, il est dimensionné à la juste taille, sans chercher à dégouliner de puissance.

Et sa batterie contient certes du cobalt, mais elle le fait pour les mêmes raisons de compacité, car les batteries lithium-ion au cobalt sont celles qui ont la meilleure densité énergétique.

Et pour se faire pardonner, elle est petite et amovible.

Ce qui lui permet de ne prélever que le juste nécessaire dans les réserves de cobalt, et de ne pas jeter la moto à la benne au moment où sa batterie sera abimée. Il lui suffira de la changer.

Tout ça est donc très pertinent. 

Et c’est sans doute le mieux qu’Electric Motion peut produire en termes d’impact environnemental.

Ce qui me fait penser que le moment venu, Electric Motion sera en pointe quand les moteurs sans terres rares se feront aussi légers que les moteurs brushless, et quand les batteries sodium-ion (par exemple) auront réussi leur industrialisation.

En résumé : la Electric Motion Escape est l’une des seules motos électriques (vraiment) spécialisée dans le tout-terrain

J’avais conclu mon article sur le modèle trial de la marque française avec un impératif : foncez. 

Eh bien pour la Electric Motion Escape, je le réitère : si vous voulez une moto électrique tout-terrain et équivalente 125, vous ne trouverez pas mieux que la Electric Motion Escape. Alors foncez !

Mais dans cet article, j’avais également attiré votre attention sur la moto électrique que je suis en train de produire. Car si vous souhaitez une autonomie plus adaptée aux trajets quotidiens et une moto plus taillée pour la ville, sûrement que le modèle sur lequel je travaille vous intéressera.

Alors je réitère mon invitation.

Inscrivez-vous à mon journal de bord pour découvrir sa conception, au fil des semaines.

Je vous partage au fur et à mesure toutes les avancées de ce premier modèle. Et évidemment, c’est gratuit, et vous pouvez vous désinscrire à tout moment. Vous me direz ce que vous en pensez !

Note : après 3 ans de travail & une conception aboutie de mon premier prototype de moto électrique, j’ai décidé de stopper mon journal de bord. Vous pouvez néanmoins retrouver les archives de ce journal de bord en cliquant ici.

Mon adresse e-mail est publique, et vous pouvez m’écrire à tout moment. La voici : julien@construire-sa-moto-electrique.org. Vous pouvez également me contacter sur LinkedIn.

6 commentaires

  1. Guillaume

    Bonjour Julien
    Merci pour cet article.

    Il ne faut pas oublier que c’est une moto de trial (rando) pas de route.
    Elle est donc plus faites pour rouler de out qu’assis (repose pied très en arrière)

    Sur mon modele de 2020, l’autonomie est plutôt de 30km dans l’usage pour lequel elle a été conçue 😉.

    • Julien Vaïssette

      Salut Guillaume, oui bien vu, les trials sont en règle générale assez difficiles à intégrer dans des grilles de lecture traditionnelles 😉

  2. Bonjean

    Bonjour, l’ETREK était bien un TRAIL, pas une TRIAL.
    Il n’est plus produit, sa trop faible autonomie sur route ayant, sans doute, limité sa diffusion.
    Il existait en deux versions: 6 et 9 kW . Son autonomie réelle sur route, en roulant décontracté, était de +/- 50 km. Mon maximum est de 61 km (version 6kW).
    L’escape (ancien modèle) est une rando-trial avec laquelle l’usage routier est déconseillé (selle minimaliste).
    En rando, l’autonomie ne pose pas de problème, le kilométrage parcouru étant très faible.
    Electric motion s’est recentré sur les motos à usage TT, où le couple de l’électrique est un atout.

    • Julien Vaïssette

      Salut Jean (j’imagine que c’est ton prénom),
      Oui tu as raison sur l’Etrek, je ne sais plus pourquoi j’ai mis cette note (que je viens de supprimer) car dans la fiche produit sur l’Etrek, je dis bien que c’est un trail.
      Et d’accord, merci pour ces précisions, c’est précieux !

Donnez votre avis en un clic