Tout ce que vous devez savoir sur la Bravo GLE Pro de Ebroh

La Bravo GLE Pro de Ebroh est la plus proche concurrente de la moto la plus vendue du segment des 125 électriques : la TC Max. De quoi lui voler sa première place ?

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

ebroh bravo gle pro

La Ebroh Bravo GLE Pro est l’héritière de la première moto électrique équivalente 125 de l’importateur espagnol Ebroh, la Bravo GLE.

Mais ça ne veut pas dire que la marque de deux roues électriques est un novice, loin de là ! Ils s’appuient sur une belle expérience dans la fabrication de scooters électriques, et notamment sur les 12 modèles qu’ils proposent déjà.

Et avec le prix agressif et les performances assez impressionnantes de la Bravo GLE Pro, Ebroh aimerait damer le pion de Super Soco. Je ne peux pas leur en vouloir, car j’ambitionne d’en faire de même avec la moto électrique que je suis en train de concevoir.

Mais comme nous allons le voir, pour Ebroh, ce n’est pas gagné.

Pour découvrir mon premier modèle de moto électrique — et comprendre les choix que j’ai faits — alors inscrivez-vous à mon journal de bord.

Les performances de la Ebroh Bravo GLE Pro sont très sérieuses

  • Puissance moteur maximale : 10 kW
  • Puissance moteur nominale : 5 kW
  • Couple moteur : 243 Nm
  • Couple dans la roue : 243 Nm (car le moteur est dans la roue)
  • Vitesse maximale : 115 km/h
  • Capacité batterie : 7,2 kWh
  • Temps de recharge : 6 heures
  • Autonomie : 100 km
  • Poids : 147 kg

La Bravo GLE Pro est un cas d’école.

Elle montre exactement ce qu’un importateur européen de motos chinoises peut produire, quand il a décidé de brutaliser la concurrence.

D’abord, quand on est importateur, on commence par regarder la concurrence.

Et dans le cas qui intéresse Ebroh ici, la concurrente principale est la Super Soco TC Max. Le plus simple est alors de tenter de la dévorer en vitesse. Car il est connu que la TC Max peine à atteindre 100 km/h. 

C’est donc décidé : la Bravo GLE Pro doit atteindre 115 km/h.

Et pour y parvenir, c’est très simple. Il suffit de contacter son fournisseur chinois de moteur-roue, et de lui demander sa référence la plus puissante. Au doigt mouillé, je dirais qu’ils se sont adressés à QS Motor, l’un des fournisseurs chinois de moteur-roue les plus connus. 

Ces derniers leur ont alors certainement répondu :

— « Nous pouvons vous proposer ce moteur, il fournit 243 Nm au démarrage, 10 kW en pointe et 5 kW en nominal. Il propulsera votre moto jusqu’à 115 km/h. »

Sur cette réponse, Ebroh a évidemment sauté de joie.

C’est sublime ! Une équivalente 125 qui monte à 115 km/h avec un moteur qui leur coûte moins de 500€, c’est imbattable !

Puis Ebroh a été rattrapé par la réalité.

Car pour qu’un moteur-roue de 5 kW les amène à 115 km/h, ça veut dire qu’il faut l’alimenter sérieusement. Il faut donc se résoudre à installer une batterie un peu plus grosse que celle de sa principale concurrente.

Ebroh a alors contacté son fournisseur de batterie, lui demandant ce qu’il pouvait lui proposer. Ce dernier lui a rétorqué qu’une batterie de 7,2 kWh serait idéale.

À la bonne heure ! Ebroh a appuyé sur le bouton « commander », et ils ont reçu leur batterie.

Etc, etc, etc.

Ce que je veux dire par là, c’est que bien souvent, un importateur de motos chinoises en quasi marque blanche ne maîtrise pas totalement la conception sa moto. Il n’a pas d’autre choix que de contacter des fournisseurs chinois pour leur acheter leurs solutions clés en main.

Même si à la fin, ça ne fonctionne pas toujours.

Plusieurs exemples le prouvent.

Le premier, le plus évident, c’est l’autonomie : 100 km d’autonomie pour 7,2 kWh de batterie. Comment est-ce possible de garantir aussi peu d’autonomie avec une batterie aussi grosse ?

Note : Il faut préciser ici que de nombreux témoignages de propriétaires disent que ces 100 km d’autonomie peuvent être dépassés en usage modéré. Ça permet de nuancer le propos.

Mais 100 km d’autonomie, c’est aussi ce que garantit la TC Max en mode urbain. Sauf qu’elle le fait avec une batterie de 3,24 kWh. Soit exactement la même autonomie, avec une batterie plus de 2 fois plus petite.

Il y a un problème, non ?

Eh bien, pas tant que ça.

Car cette différence d’autonomie s’explique simplement : le moteur de la Bravo GLE Pro est plus lourd que celui de la TC Max, et sans doute moins efficace car plus souvent poussé au-delà de sa puissance nominale.

Il consomme donc beaucoup plus d’électricité, ce qui l’oblige à avoir une batterie plus lourde, qui augmente le poids de la moto (147 kg), et ce qui l’amène alors à consommer d’autant plus d’électricité.

Autrement dit, c’est le serpent qui se mord la queue.

Ebroh a voulu battre la TC Max, en devant payer les conséquences de ce désir. Et à la fin, ils ont abouti à une moto à l’efficacité non optimale.

L’autre point qui illustre le manque de maîtrise de leur moto, c’est son temps de recharge astronomiquement long : 6 h pour recharger pleinement les 7,2 kWh de batterie. C’est beaucoup trop long !

Mais ici aussi, ça s’explique facilement : quand on augmente la capacité de notre batterie, on doit aussi augmenter la capacité de son chargeur embarqué (lui, c’est l’équivalent de la brique de recharge de votre ordinateur ou de votre téléphone).

Or un chargeur embarqué, ça coûte cher.

Et plus on augmente sa capacité, plus la note est salée.

Si bien que Ebroh a été pris dans son propre piège : ils ont voulu dévorer la TC Max, mais ils ont aussi voulu maintenir un prix similaire. Ils ont donc dû faire des sacrifices, et le temps de recharge est leur sacrifice le plus évident.

En somme, la Ebroh GLE Pro propose en effet de belles performances.

Car 115 km/h, c’est quand même très satisfaisant pour une petite équivalente 125. Mais ce point lui coûte cher : à cause de cette envie de dévorer la TC Max, elle en devient bien moins intéressante.

Dommage.

ebroh bravo gle pro

Le design de la Ebroh Bravo GLE Pro ne fait pas le poids face à la concurrence

Ici, je ne vais pas m’attarder plus que de mesure.

Et pour cause : je trouve son design extrêmement cheap. On sent que toutes les pièces qui l’habillent sont des pièces vendues en marque blanche, avec la griffe « Bravo » qui a été ajoutée dessus.

Le brillant, la forme du plastique, les feux, les poignées, le cadre treillis, … Rien ne me plaît.

Je comprendrai donc que ça puisse vous convaincre, mais vraiment, ce n’est pas ma came.

Et comme nous sommes dans le registre de la comparaison avec la TC Max, je vous laisse une photo d’une TC Max modifiée par les parisiens de Maze Garage. Histoire de vous donner une idée de ce qu’on peut faire avec une moto toute aussi chinoise que la Bravo GLE Pro, mais un peu plus professionnelle.

C’est toujours du plastique certes.

Mais c’est un peu moins dégoulinant.

tc max maze garage

Un usage urbain optimal

Même si je ne suis pas convaincu par la Ebroh Bravo GLE Pro, je dois quand même reconnaître qu’elle sera idéale dans un usage urbain.

Car dans cet usage, sa piètre autonomie n’est en aucun cas problématique, son poids est encore largement raisonnable et ses pointes de vitesses sont très agréables.

Donc ici, il faut savoir souligner ses qualités.

Mais hélas, il faut aussi savoir souligner ses défauts : sa batterie, trop lourde, n’est pas amovible. Et quand on sait que la plupart des usagers à qui s’adresse cette petite moto n’ont pas de garage, on se dit que cette absence d’amovibilité pourrait lui coûter cher.

Surtout quand la plupart de ses concurrentes directes proposent une batterie amovible.

Dommage, encore.

Son prix est sa plus grande qualité

La Ebroh Bravo GLE Pro coûte 5 900 €.

C’est objectivement un prix très compétitif, compte tenu de ses caractéristiques. Ou plus précisément, c’est le meilleur prix que vous trouverez pour une moto électrique capable de monter à 115 km/h.

Donc si vraiment vous voulez absolument franchir cette vitesse et rouler (à vos risques et périls néanmoins) sur des voies rapides, la Ebroh Bravo GLE Pro est celle qu’il vous faut.

En revanche, si vous avez des convictions écologiques, je vous conseille de regarder ailleurs.

L’écologie n’est pas le domaine de la Ebroh Bravo GLE Pro

  • Technologie du moteur : brushless
  • Technologie de la batterie : lithium-ion

Vous l’imaginez, quand une moto électrique est imbattable sur un axe, elle rogne forcément sur un autre axe. Et dans le cas de la Ebroh Bravo GLE Pro, l’axe sur lequel elle rogne est celui de l’impact environnemental.

Car rien, absolument rien, n’est fait pour minimiser son impact environnemental.

En désordre :

  1. Contrairement à ses équivalentes électriques, si sa batterie est en panne, il est quasiment impossible de la remplacer. Donc mécaniquement, son impact environnemental est maximisé.
  2. Sa batterie est plus grosse que celles de ses concurrentes. Or l’impact environnemental d’une moto électrique se concentre essentiellement sur la production de sa batterie. Donc quand on double la taille de la batterie, on double (grossièrement) l’impact environnemental de la moto.
  3. Elle utilise un moteur brushless garni de néodyme et une batterie lithium-ion sans doute garnie de cobalt et de nickel. Or ces 3 minerais sont connus pour leur criticité environnementale.

En résumé : il y a mieux que la Ebroh Bravo GLE Pro

Je sais que tout le monde n’a pas les moyens de dépenser plus de 10 000 € dans une équivalente 125 produite en Europe, comme la Kalk de Cake.

Je le conçois très bien, car c’est aussi mon cas.

Mais vraiment, si votre objectif est de vous offrir une moto électrique équivalente 125 à moins de 6 000 €, tournez-vous vers la TC Max de Super Soco. Elle est vraiment bien plus sérieuse.

Et puis je vous conseille d’aller jeter un œil aux commentaires de cet article, pour constater que vous ne regretterez pas d’avoir opté pour une autre moto que la Ebroh Bravo GLE Pro. Car en plus d’être largement améliorable, son service client est quasiment inexistant.

J’étais déjà plutôt sceptique au moment de la sortie de la Ebroh Bravo GLE, l’ancêtre de la Pro. Mais son prix très compétitif me faisait penser qu’il fallait garder un œil sur eux.

Aujourd’hui, mon scepticisme se confirme : si vous avez un doute, de grâce, allez voir ailleurs.

Ou patientez jusqu’à la sortie officielle de mon premier modèle de moto électrique. Vous ne serez pas déçus.

Découvrez mon premier modèle de moto électrique au fil de sa conception

Si vous souhaitez en savoir plus sur le prototype de moto électrique que je développe actuellement — et comprendre les choix que j’ai faits pour ce premier modèle — alors inscrivez-vous à mon journal de bord.

⚠️ Ne vous attendez pas à une revue consensuelle des caractéristiques de mon prototype. Dans ce journal de bord, j’aborde frontalement les problèmes des terres rares, de la pollution des batteries, et des dérives des constructeurs traditionnels.

P.S. : si vous souhaitez découvrir la moto électrique sur laquelle je travaille en ce moment, soyez attentif au paragraphe ci-dessous.

Participez à la conception de notre prototype de moto électrique

Nous essayons de rendre ce projet le plus collaboratif possible, pour créer la moto électrique la plus respectueuse de l’environnement possible.

browser-home-club-des-pionniers

Découvrez comment apporter votre pierre à l’édifice, en cliquant sur « En savoir plus ».

29 commentaires

  1. Éric Iglesias

    bonjour, les choix et cahiers des charges pour faire la Gle-pro et gle et gls , n a jamais était de faire une moto économique, ni pour faire une concurrence à super soco, le cahier était de faire une moto électrique petit prix , en utilisant que des pièces détachées déjà disponibles et existants, pour réduire les coûts, et d avoir un vrai gabarit de moto,
    au niveau des distances, tout les utilisateurs dépasse les 100km, car c’est moi qui avait fait le roulage pour l usine , c’est l usine Nooma qui fabrique pour les Ebroh en moto , pas pour les scooters, Ebroh donne le cahiers des charges et dessins, le reste est fait en Chine, car impossible de faire en Espagne, vue le prix voulu de la moto,

    • Julien Vaïssette

      Salut Eric,

      Merci pour toutes ces précisions. Venant de toi qui connais cette moto mieux que quiconque, ça a beaucoup de valeur !
      Concernant l’autonomie, c’est tout à l’honneur d’Ebroh d’avoir communiqué la bonne valeur.
      Si les autres pouvaient s’en inspirer, ça permettrait de s’y retrouver plus facilement.

  2. Clément

    je n’ai pas lu l’intégralité de ton torchon, car j’ai beaucoup de mal à supporter l’inexactitude des quelques lignes que j’ai pu lire, ainsi que l’évident parti-pris qu’on décèle déjà dans le titre….
    Sur le papier, l’autonomie annoncée est bien de 100km. génial, enfin un constructeur honnête qui ne surévalue pas l’autonomie et déçoit ensuite ses clients. Pour être l’heureux propriétaire d’une ebroh gle pro, je parcours 96km en 4 fois sur une charge de batterie, et le compteur m’annonce une autonomie restante entre 30 et 40%. Mélange de routes départementales a 80, traversées de villages, un peu de ville. bref, un trajet ordinaire.
    Le look de cette moto est certes assez conventionnel, mais c’est paradoxalement ce qui peut plaire. les « vrais » motard thermiques rigolent souvent des motos électriques, alors une super soco en plastique…. laisse tomber.
    Bref, tu rédiges un articles sans être monté sur la bécane et je trouve ça dommage. tu te fies a des avis chopés sur internet, mais tu verras que, quand tu auras sorti TA moto, seuls les mécontents viendront publier leur avis, les autres considéreront que c’est normal qu’elle roule puisqu’ils l’ont payée.

  3. Bonjour,
    Je trouve cet article a un parti pris.
    Je fais 1m80, 98kg, et la la super soco est même pas à prendre en compt, une mob 50cc je me suis mis sur la bravo et la oui c est une moto.
    Pour avoir roulé avec cette bravo je suis étonné, niveau perf hors mis sa vitesse de pointe je la trouve un poil endessous du scooter silence mais c est une moto avec une estetique moderne, les crashbares lui donne un look cool.

    • Julien Vaïssette

      Bonjour Eric,
      Oui il y a forcément un parti pris dans ce article puisque j’y dévoile mon avis 😉
      Mais tu as raison, la Bravo GLE Pro a des atouts, ça ne fait aucun doute !

  4. Julien, je trouve que votre article est un peu dur. En effet la ebroh n a pas que 100 km d autonomie en réalité. On est plus proche des 130 km réel. En urbain on dépasse les 150. Aussi l ebroh à quelques défauts de jeunesse c est vrai mais elle a été conçu par Éric Iglesias, vraiment sérieux dans le genre et il suit de très près les ninja ev.et les z ev de chez kawa.

    Juste pour dire, aussi l’accélération de l ebroh reprogrammer sans le slow start du controlleur amene des reprises qui pulvérisé tous les 125 thermiques, bon pas le BMW c evo ni la.zero s

    ….

    Merci
    Olivier

    • Julien Vaïssette

      Salut Olivier,
      Oui je connais bien Eric, et je respecte beaucoup son travail. Je le trouve très fort.
      Mais cette fois, je trouve qu’il a tapé très légèrement en dehors du mille.
      Par contre, avec un de ses autres motos, il a tapé bien plus précisément à mes yeux 😉

  5. José

    Bonjour,
    On vient d’acheter une ebroh bravo GLE PRO à la maison. Pour l’instant on est très content, mais on se pose la question quant à l’autonomie et l’hiver qui approche. Du coup j’ai commencé à regarder des options de recharge d’urgence. J’ai vu quelques batteries externes mais je me pose des questions quant à leur capacité de recharger convenablement la moto.
    Qu’en pensez vous de ça : ?
    https://www.banggood.com/fr/BlitzWolf-BW-OP2-150W-Monocrystalline-Solar-Panel-Charger-+-OUKITEL-505Wh-140400mAh-Emergency-Backup-Power-Station-With-DC-Output-or-PD-20W-USB-C-or-18W-QC3_0-USB-A-Output-p-1934566.html

    Très bonne journée !

  6. PULPYTEL Alain

    J’ai acheté une GLE PRO en Juin 2021 chez Pariscoot et j’en suis très satisfait. Je roule uniquement en ville et j’ai parcouru 6271 Km en une année sans le moindre souci . Elle est vive et très maniable et le freinage est puissant .Très bon rapport prix qualité.

  7. Willy

    Bonjour Julien, les photos officielles sont dégueulasses et ne vendent pas du rêves c’est sur.
    Par contre en réalité ce n’est pas si cheap, c’est une moto qui existe en thermique sous la marque zbroh donc tout ce qui est de la partie cycle est déja rodé. Ebroh me rappel Kymco avant que la marque ne gagne en renommée . Matos de moyenne qualités pas cher mais solides et elle fait le job. Apparition de point de rouille si elle dort dehors mais comme c’est une élec mieux vaut la rentrer ou la bâcher pour préserver la batterie.
    Points faibles démarrage moue et couple merdique au delà de 90km/h. Autonomie courte quand tu habites la pampa et que tu bosses a Paris ( après faut s’organiser autrement qu’avec un thermique ).

    Point fort l’amélioration … Réglages du contrôleur= démarrage plus dynamique et au délas des 90km/h plus de couple 😀 on peut changer le moteur, batterie, contrôler bms et tout le tralala.il ya en a pour tout les prix.

    Mon revendeur et garagiste est en IDF je n’ai pas eu de problème suite à mon accident . l’Espagne avait un stock de mes pièces. (Tout le carenage, mon moteur et batterie intactes). Le seul problème était l’expert mandaté par l’assurance…qui ne connaissait rien des élec…

  8. Olivier

    j’ai une gls, c’est une grosse daube… celulle chinoise ne tiennent pas la charge autonomie 50 km max a fond et accélération d’une dualtron ultra meme pas.. le 0 à 100 ? pas mesurable car on atteint 100 avec le vent dans le dos…. pour info elle rouille aussi:) et le neiman est tombé en panne au bout de 300 km.. enfin a fuir !!!!

    • Julien Vaïssette

      Salut Olivier, merci pour ton retour ! J’ai rédigé la mise à jour de cet article, qui sortira dans quelques semaines.
      Et je n’ai pas été tendre mais ton commentaire me laisse penser que je n’ai pas eu tort 😉

  9. CAUX

    Je ne suis pas possesseur de E-bro, juste je suis réparateur et j’ai un client qui est tombé avec. Il faut la réparer. Et là… les ennuis commencent:
    Tél à Go2roues Paris lundi: On vous rappelle! … Pas de rappel évidemment.
    Sur le site en Espagne, j’envoie un mail hier matin: pas de réponse…
    Sur ma demande, mon client joint l’Espagne par mail et on lui envoie un liste de pièces en photo… pas d’éclaté, pas de prix, et il manque des pièces…
    Bah, j’ai envoyé à la même adresse une demande de devis mais… On verra.
    Il serait bon, en tant que consommateur, de ne jamais perdre de vue qu’un véhicule n’est pas une paire de chaussette… Quand j’entends que les marques Chinoises ont fait des progrès et patin et couffin, et des essais et tout ce qu’on veut.
    Moi je vous le dit: N’achetez pas ces véhicules.
    Sauf si vous voulez être emmm..bété au moindre problème.

    • Julien Vaïssette

      Merci pour ton retour, c’est effectivement le problème des importateurs de motos chinoises.
      Car là, on ne parle même pas de moto chinoise. On parle d’un espagnol qui importe des motos chinoises en marque blanche, et qui les redevend.
      C’est encore plus hasardeux donc 😉

  10. david

    Je ne comprend surtout pas l’intérêt de ce genre de sujet : Tout ce qu’il faut savoir sur la Ebroh… fait par une personne qui lit ce que nous sommes capable de lire sur le site du fabricant et qui n’a jamais vu la moto en réel
    Réponse d’une personne qui l’a acheté lui répondre que les dimensions sont impressionnantes pour une 50 alors que c’est une équivalence à une 125 ( il faut le permis A1 ) montre que le sujet n’est pas plus travaillé que ca/

    Ce qui reste n’est que supposition , nous voila bien avancé.

    • Julien Vaïssette

      Cet article fait partie de la première série d’analyses de modèles de motos électriques que j’ai faites. À l’époque, j’ai certainement trop condensé la chose, n’expliquant pas ce qui m’a valu de penser ce que je présente ici.
      Ça viendra, ne t’inquiète pas. Mais d’ici là, je te propose d’aller voir le reste du site pour constater le sérieux de notre approche 🙂

  11. Steph

    Bonjour a tous … l’an dernier je souhaitais acheter un de ces modèles made in China.
    En effet en voyant ces photos cela m’a rappelé une moto pour laquelle j’avais contacté le fournisseur et commencé à me renseigner pour l’import.
    Hélas importer une moto entière ou en pièce est une chose … pouvoir rouler avec en France en est une autre.
    Certes Ebroh se contente de jouer les intermédiaires et la marge est énorme mais au moins ils permettent d’avoir une moto homologuée.

    • Julien Vaïssette

      Salut Stéphane,
      Effectivement, ça a du sens. En gros, il faut plus prendre Ebroh pour un importateur que pour un fabricant. Et ce faisant, on n’est pas déçu parce qu’on sait à quoi s’attendre 🙂

  12. Eric

    C’est un import de Dongma ( une compagnie chinoise…le modèle c’est N19) on la trouve sur Alibaba pour 1100€…
    J’ai visité l’entrepôt à Saragosse cet été. Ils importent la moto en kit, ils ont 1h30 d’assemblage + quelques heures de test et hop on te vend ça 4500 € en Europe…
    Autant importer les composants et la construire soit même ( en mettant du Michelin sur les pneus + l’ABS pour la sécurité car avec un Moteur QS 10kw on peut taper le 140km/h…)

    • Julien Vaïssette

      Salut Éric,
      Mais non… Ça me semblait louche, maintenant je comprends pourquoi. Merci pour ces infos, c’est quand me inadmissible cette histoire !

  13. Alexandre

    Heureux processeur d’une BRAVO GLE PRO (avec une batterie de 72kwh / 100a), elle n’a rien de cheap.
    Bien au contraire, elle a le gabarit d’une CB 500 et des finition de bonne tenu pour son prix

    • Julien Vaïssette

      Salut Alexandre,
      Je suis effectivement allé jeter un œil à la PRO, et deux remarques :
      – les photos ont été reprises, qui font effectivement moins cheap,
      – et les dimensions sont impressionnantes pour une petite 50.

      Ce qui cette fois me fait douter de la pertinence d’avoir une moto aux dimensions presque équivalentes à une CB500 (un empattement de 1410 mm, c’est énorme). Alors que la CB500 est presque 10 fois plus puissante…

      Quoi qu’il en soit, je suis heureux que tu en sois satisfait mais tu comprendras que dans mon projet de concevoir une moto, je dois garder un esprit critique envers les autres 🙂

      EDIT : Suite au commentaire de David qui s’est étonné de mon manque de sérieux en désignant cette moto comme une 50 dans ce commentaire, je me corrige : c’est bien une équivalente 125. J’ai certainement répondu trop vite à ce commentaire.

    • Julien Vaïssette

      Bonjour,
      Je ne vis pas à Paris mais quand je serai de passage, ça sera avec grand plaisir !
      J’invite d’ailleurs les parisiens qui passent par là à vous rendre visite pour l’essayer 🙂
      Bonne journée !

Donnez votre avis en un clic