La Brekr B4000 : comme un air de Honda Dax… électrique

Avec la Brekr B4000, la marque néerlandaise livre sa vision de la mobilité du futur avec une moto électrique équivalente 50 très pertinente.

Julien Vaïssette

Fanatique d'Excel, adepte de Camus & ingénieur en mécanique — Suivez la conception de mon prototype de moto électrique en cliquant ici.

B4000 de Brekr moto électrique 50cc

Peut-être que vous ne voulez pas passer de permis moto. Peut-être aussi vivez-vous en ville, et l’entièreté de vos trajets est concentrée en ville. Si c’est le cas, vous ne vous trompez pas en cherchant la Brekr B4000.

À priori, c’est exactement ce qu’il vous faut. Mais voyons tout de même ce qu’elle cache derrière ses courbes innovantes. 

Note : si vous hésitez encore sur le modèle, sachez que j’ai analysé toutes les motos électriques 50cc du marché, pour en faire un classement. Vous pouvez le retrouver ici.

Les performances de la Brekr B4000 : cohérentes pour une petite citadine

  • Puissance moteur : 4 kW
  • Couple dans la roue : 140 Nm
  • Vitesse maximale : 45 km/h
  • Capacité batterie : 2 kWh ou 4 kWh
  • Temps de recharge : 300 minutes (pour le modèle 2 kWh), 600 minutes (pour le 4 kWh)
  • Autonomie : 80 km (2 kWh), 160 km (4 kWh)
  • Poids : 80 kg (2kWh), 90 kg (4kWh)
  • Empattement : 1250 mm
  • Angle de chasse : 26°-26,5° (ils ne donnent pas cette information donc j’ai mesuré l’angle de chasse sur le images disponibles)

Lorsque j’évalue une moto (quelle que soit sa propulsion), j’aime m’attarder sur ses performances.

Ici, on parle d’une moto incapable de rouler au-delà de 45 km/h. Et si je calcule son accélération, j’aboutis à un temps de passage de 0 à 45 km/h assez modeste (7 secondes environ). Autant dire que ce n’est pas une moto de course.

Mais justement, c’est exactement l’objet de cette moto.

Elle n’a pas vocation à satisfaire un besoin d’adrénaline chez ceux qui la possèdent. La Brekr B4000 est une moto utilitaire, de la vie de tous les jours. Elle cherche à répondre bien, sans fioriture, à ce qu’on lui demande. Et ici, elle semble très bien faire son travail.

Pour s’en convaincre, prenons les caractéristiques dans l’ordre.

Nous l’avons vu, la puissance et le couple du moteur sont modestes, ce qui n’offre pas de pointes de vitesses électrisantes.

C’est un fait, acceptons-le.

Une fois que c’est validé, on apprend que la capacité de la batterie de la Brekr B4000 est de 2 kWh pour le petit modèle, 4 kWh pour le gros modèle.

Quand on est habitué à analyser des motos plus puissantes, ça parait faible. Mais quand on regarde la concurrence, cette capacité place la B4000 dans le haut du tableau. D’autant plus quand on apprend qu’elle garantit une autonomie de 80 km pour le petit modèle et 160 km pour le gros modèle.

Vient ensuite le temps de recharge.

Il est de 5 heures pour le modèle 2 kWh, 10 heures pour le modèle 4 kWh.

C’est long. Très long.

Mais c’est contrebalancé par deux données : la première, c’est que la concurrence ne fait pas toujours mieux. La seconde, c’est que la batterie est amovible.

En effet, la batterie de la B4000 est un pack de 2 kWh qu’on peut enlever à notre guise du châssis pour la faire charger pendant toute la nuit à la maison. Elle pèse 10 kg, ce qui correspond à 10 kg dans chaque bras si on a opté pour la B4000 4kWh à porter avec soi jusqu’à la première prise domestique.

Dès lors, on pardonne facilement le temps de recharge astronomique. Car on la charge comme on charge son téléphone.

En temps masqué, pendant la nuit, sans y réfléchir. Même pas besoin de se poser la question de la prise de recharge à installer dans le sous-sol, ou des bornes de recharge disséminées dans la ville.

Excellent point donc.

Viennent ensuite les caractéristiques géométriques de la B4000. 

Elle pèse entre 80 et 90 kg selon le modèle. Autant dire qu’elle est aussi légère qu’une plume. Et elle offre un empattement minuscule de 1250 mm, qui lui permet une maniabilité optimale en ville, et un angle de chasse conquérant de 26° (presque égal à celui d’une Harley), qui lui apporte de la stabilité.

Bon compromis.

Elle fait donc une très bonne impression.

La note de ses performances en comparaison avec les autres équivalentes 50 de son segment : 3,33/5.

Un design hybride entre un scooter et une moto légendaire

L’esthétique de la B4000 est très particulière.

Je le trouve très malin. Elle fait le pari de dénoter dans le paysage, si bien que quand on la croise, on se demande si c’est un scooter ou une petite mobylette.

Mais en creusant un peu dans ma mémoire, j’ai su : c’est une fière descendante de la Honda Dax.

Quand on les met côte à côte, c’est évident. Seul le guidon diffère, plus américain chez la Honda, plus scrambler chez la B4000. Mais le reste n’est en droite lignée, avec le phare rond, le cadre poutre, la selle droite et deux places, et les roues alvéolées qui rêvent de faire du tout-terrain.

Et nous allons le voir de suite, c’est très cohérent avec son usage.

La note que j’attribue à son esthétique agréable : 3,5/5.

La Brekr B4000 est une citadine et une moto de plage

Comme la Honda Dax, la B4000 est une moto qui se veut être aussi pratique que possible.

Légère, petite, elle veut satisfaire un usage quotidien et simple : l’aller-retour tous les matins pour aller au travail en ville, à quelques kilomètres de notre appartement. Ou l’aller-retour pour aller acheter le pain.

D’ailleurs, si son manque de puissance ne suffisait pas à nous convaincre de sa spécialisation citadine, Brekr a équipée sa B4000 d’une fonctionnalité étonnante : son moteur fait du bruit.

Je suis très sceptique, mais j’imagine qu’ils ont fait ça pour éviter les accidents avec les piétons qui n’entendent pas les motards arriver.

Ça ressemble plus à un gadget qu’à autre chose, mais ça illustre que cette moto n’est destinée qu’à la ville.

D’ailleurs, pour faire de belles images, ils ont filmé leur moto roulant dans les courbe d’une route de campagne.

Les images sont certes très élégantes, mais je n’ai pas pu m’empêcher de rire en les voyant. Car le motard ne semble pas aussi rassuré qu’il le voudrait sur cette petite moto pas du tout destinée à cet usage.

Il a pris autant de plaisir que s’il avait dû rouler à trottinette sur le périphérique parisien. On peut donc prendre ça comme une preuve supplémentaire de son usage citadin.

La note de la pertinence avec laquelle elle traite son usage : 3,5/5.

Un prix… pas si bas

La Brekr B4000 coûte entre 4 199 € et 5 698 € selon le modèle choisi.

C’est un prix relativement élevé, puisqu’avec une telle somme, on peut presque s’offrir une MT-07 neuve, autrement plus puissante. C’est 4 fois plus cher que ce que coûte une équivalente thermique

Ce n’est pas vraiment un point rédhibitoire, mais ça pose une question cruciale : est-ce que je suis prêt à mettre autant d’argent dans une moto certes belle, mais modeste ?

La note de son prix en relation avec ses concurrentes : 2,09/5.

Son empreinte environnementale ne déçoit pas

  • Technologie du moteur : Brushless, dans la roue
  • Technologie de la batterie : Non communiquée
  • Autre : Batterie amovible, et « à la fin de la durée de vue de chaque batterie, les cellules sont recyclées »

La Brekr B4000 n’a aucune intention de révolutionner l’industrie des motos électriques.

C’est une moto électrique modeste. Mais je trouve que s’il y a un axe qu’ils ont bien compris, c’est l’axe environnemental.

En effet, même s’ils utilisent un moteur brushless gavé de terres rares (coupables d’un désastre écologique en Chine), ils promettent de recycler les cellules de leur batterie à la fin de sa durée de vie.

 Je n’ai aucune idée des moyens qu’ils ont décidé de mettre en place, je ne sais pas non plus si ce n’est pas simplement un argument marketing. Mais ils ont le mérite de l’écrire dans leur page de vente, et donc de s’engager. Dont acte.

D’ailleurs, leur batterie est amovible. 

Ça peut paraître bête, mais derrière l’intérêt que ça présente pour un usage quotidien, cette batterie amovible est un avantage environnemental.

En cas de panne par exemple, il suffit de la remplacer elle, sans s’embêter à renvoyer la moto complète en maintenance. Et en cas de fin de vie de la batterie, nul besoin d’acheter une autre moto. Il suffit d’acheter une nouvelle batterie et de renvoyer l’ancienne pour recyclage.

Très bien joué.

Même si je regrette qu’ils n’aient pas donné la technologie de la batterie (que je soupçonne être une lithium-ion, pas bien, mais aucune information).

La note de son empreinte environnementale : 3/5.

En résumé : la Brekr B4000 est une très bonne moto électrique 50cc

Sa note moyenne : un joli 3,09/5.


Et si vous avez les moyens, ne vous privez pas : elle ne vous décevra pas !

Donnez votre avis en un clic