Batterie

Après 4 mois de recherches sur chaque batterie de moto, je suis enfin arrivé à ce moment que j’attendais tant.

Aujourd’hui, me voilà capable de répondre à un interlocuteur quand il clame que l’avenir se pare d’hydrogène. Je peux aussi me positionner face à un journaliste qui vante les mérites des supercondensateurs. Et je ne m’efface plus quand j’entends des critiques autour des batteries qui équipent les voitures électriques actuelles.

Car maintenant, j’ai étudié toutes ces technologies.

J’ai décortiqué chaque batterie de moto que vous pouvez trouver sur le marché.

Et je l’ai fait aussi densément et rigoureusement que possible. Ce qui vous permet d’avoir à disposition de riches articles sur les batteries lithium-ion, sur les supercondensateurs et sur les piles à combustible, dans lesquels j’ai résumé mes recherches.

(J’ai même écrit sur Nawa Technologies, l’entreprise française qui fabrique des supercondensateurs.)

Il ne manquait qu’à étudier le quatrième mousquetaire des solutions de stockage à destination de la mobilité électrique pour avoir un tableau complet en face de moi.

C’est chose faite.

J’ai maintenant terminé mes études consacrées au sodium-ion, le fameux dernier mousquetaire.

Mais si j’ai écrit ces articles, ce n’est pas pour apparaître sur Google en dessous de requêtes comme « batterie moto » ou « batterie lithium-ion » (même si elles sont très recherchées).

Non, la raison pour laquelle j’ai écrit ces articles réside dans ma mémoire lacunaire.

Car il faut le dire, j’ai une mémoire très chaotique.

Si bien qu’en commençant mes recherches sur les batteries lithium-ion, je savais que lorsque mes recherches sur les batteries sodium-ion seraient terminées 4 mois plus tard, j’aurais tout oublié de mes premières conclusions.

C’est exactement ce qui s’est produit.

En mettant le point final à mes recherches sur le quatrième mousquetaire, je ne savais plus trop précisément ce qui faisait l’intérêt des batteries lithium-ion. Et je ne me souvenais pas non plus très bien de mes conclusions sur les piles à combustible et sur les supercondensateurs.

Alors j’ai relu tous ces articles.

Je les ai relus de la première à la dernière lettre, me félicitant d’avoir donné tout ce que je pouvais. Car après cette lecture — dont la longueur équivaut à un livre de 150 pages — j’avais toutes les armes nécessaires pour passer à la dernière étape.

Cette dernière étape, elle concerne la conception de ma moto électrique.

C’est l’étape durant laquelle je rassemble toutes les informations que j’ai pu trouver lors de mes recherches. Et je le fais dans le seul but de répondre à la question la plus importante de mon année :

Quelle est la technologie de stockage électrique que je dois intégrer à mon premier prototype ?

Autrement dit, 4 mois de travail intense et migraineux sur les batteries de moto doivent maintenant se rassembler en une décision précise et condensée.

Comme le parfumeur va distiller mille ingrédients pour produire une goutte d’essence aromatique, le moment est venu de sublimer mes recherches laborieuses.

La réponse ?

Vous l’avez à 2 endroits.

D’abord, dans les articles qui se situent juste en dessous.

Ensuite, dans mon journal de bord – une newsletter quotidienne dans laquelle je vous raconte les avancées de mon prototype.

Si d’aventure la mobilité électrique vous rend curieux, vous pouvez en apprendre plus en vous inscrivant juste en dessous. Vous ne serez pas déçu !

Inscrivez-vous pour recevoir le journal de bord, et participer à la conception d’une moto électrique

(Vérifiez votre boîte de réception ensuite, vous devrez confirmer votre inscription !)


Cliquez sur l’un des articles pour le consulter